BORDEAUX, the place to be.

Quand nous avons rejoint Bordeaux ce jour-la, la ville était superbe sous le grand soleil de Décembre. Une luminosité incroyable sur les batiments de pierre du 18 eme siècle. Rien à faire, un fleuve qui coule au milieu d’une capitale, ça apporte quelque chose en plus à une grande ville comme Bordeaux, ça donne une autre dimension.

Les quais vus des docks, Quai des Marques.

Il a été décisif de réamenager les quais (2000-2008 ), les docks, de les attribuer aux piétons ; ceux-ci l’ont bien compris et s’en sont emparés. Il faut voir les quais des Chartrons et Bacalan en fin de semaine, les gens sont là: les coureurs, les patineurs, les promeneurs, les skateurs, les landaus, les poussettes, en famille ou entre amis. Les bancs et les terrasses sont occupées, c’est là qu’il faut être; Ici, il se passe quelque chose. On sent que ça bouge, que ça ose.

Promeneurs le long des quais en fin de journée

Le prolongement de la perspective grace au  élégant pont Chaban Delmas ( pont levant à l’esthétique assez réussie, ouvert en 2013 ), poursuivie par le moderne batiment de la Cité du Vin ( située dans le quartier des Bassins à flot et ouvert au public en juin 2016 ) n’est pas pour déplaire.

Depuis son sommet, belle vue dominante sur la ville et possibilité restauration. Avec son aspect osé, on a ici quelque chose de Bilbao.

Pont Chaban

Cité du Vin.

A l’autre extrémité, le Miroir d’Eau face à la place de la Bourse connait un grand succès et attire les badauds. Mis en place en 2006 par le fontainier J M Llorca, un système sophistiqué permet la possibilité d’ un effet miroir (2 cm d’eau étalée sur une dalle de granit noire de 2000 m2 ) pouvant alterner avec un effet brouillard. L’ ensemble de l’esplanade de 5850 m2 est entouré par un jardin. La conception de l’ensemble a été pensée par M Corajoud, architecte paysagiste et son équipe.

Miroir d’eau.

De l’ autre côté de la Garonne, le quai des Queyries connait du changement, l’aménagement en espace vert encourage à la flanerie; quelques bars-restaurants ouvrent en bord du fleuve. Un peu plus loin, sur l’emplacement de la caserne NIEL, le Magasin Général ( qui propose boulangerie-épicerie bio, café torréfié sur place, bistrot-réfectoire  pour casser une croute ou descendre un godet etc…)et le Hangar Darwin connaissent une joyeuse et chaleureuse animation.

Quand on admire les magnifiques façades des quais, les hôtels particuliers, les monuments ( le grand Theatre etc ) on se dit qu’il a fallu beaucoup de pierres et de bras pour batir tout cela. Or le sous-sol de la ville et les environs proches n’offrent pas de possibilité en carrières de pierre. Il a fallu aller chercher de la pierre plus ou moins dure et plus ou moins loin dans les carrières de Bourg -sur-Gironde, à Saint Macaire ainsi que à Barsac et Cérons, le fleuve permettant d’acheminer les matériaux. On est même allé un peu plus loin en fonction de  la demande, en Saintonge et en Touraine etc.  » BORDEAUX, la ville de pierre « . Le granit noir du miroir d’eau, lui, viendrait de Chine.

Il faut aussi aller trainer dans les vieux quartiers, traverser les petites places, s’asseoir aux terrasses.

Publicités
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Nouveau blog

Rendez-vous sur http://philippines-infos.com pour retrouver tous les articles de ce blog ainsi que de nouveaux articles sur les Philippines.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

PHILIPPINES 2014 : PALAWAN, CAMIGUIN, BANTAYAN et NEGROS

Quatrième voyage pour les Philippines. Vol sur Etihad, sans problème, sauf une grosse odeur de fosse septique dans la cabine arrière au cours du vol Abu Dhabi-Manille. Prix du vol: 608€/personne. Atterrissage en pleine nuit vers 22 h 30; première nuit au Tune Hotel Makati. Après une bonne nuit, nous serons d’attaque pour un mois de pérégrination.

Tune hotel Makati, central, propre et silencieux

Tune hotel Makati, central, propre et silencieux.

 

Le 21/01/2014 – 15 heures – Nous atterrissons à Puerto Princessa, PALAWAN,  nommé encore  »the last frontier »; depuis quelques temps, tout l’archipel est sous une énorme masse nuageuse, c’est encore le cas  aujourd’hui.

Nous avons failli louper notre vol au départ de Manille à cause du trafic et d’une erreur de terminal: une heure pour joindre l’aéroport distant de 9 kms ( 12 minutes seulement quand la circulation est excellente ).

Nous cherchons à joindre rapidement PORT BARTON, un coin au calme, soit 150kms en bus  tout terrain et 4h 30 de route; une heure pour faire les 22 derniers kms par une piste quelque peu cahotique. Mais  un seul départ vers 9 h du matin: donc on partira demain. Pour le moment on se pose au House of Rose resort, un peu à l’écart nuitée à 1000 php; on récupère, on se promène jusqu’à la plage voisine, la dénommée Pristine Beach.

nuages sur l'aéroport  de Puerto Princessa

nuages sur l’aéroport de Puerto Princessa, vol Tiger Air.

le bus pour Port Barton, plein à craquer.

le bus de 9h pour Port Barton, plein à craquer.

PORT BARTON, un bel endroit: on se fera piéger car on n’en bougera plus; ici, peu de courant électrique ( de18h-24h seulement), un signal faible ne permettant pas de tenir le blog régulièrement. Un endroit paisible, peu de touristes mais quelques français, ambiance douce et familiale; au bout d’un jour tout le monde te connait.

la jeunesse de Port Barton, mer agitée les premiers jours

la jeunesse de Port Barton, notez la mer agitée les premiers jours

enfants traversants un ruisseau grace à un radeau, nous ferons de même.

enfants traversants un ruisseau grace à un radeau, nous ferons de même.

rencontre avec un arbre vénérable au cours d'une sortie

rencontre avec un arbre vénérable au cours d’une promenade.

plage isolée dans les environs de Port Barton, jointe après une petite marche

Plage isolée dans les environs de Port Barton, jointe après une petite marche: white Beach.

C’est aussi la fête du village, les festivités dureront une semaine, les touristes sont priés de participer activement, ce qu’ils feront. Toutes les occasions sont bonnes pour faire la fête sur l’archipel.

le jeune couple princier de l'année, fraichement élu...

le jeune couple princier de l’année, fraichement élu…

défilé des écoles

défilé des écoles

Port Barton avec le soleil revenu

Plage de Port Barton avec le soleil revenu

la plage coté gauche, la  partie la plus calme

la plage coté gauche, la
partie la plus calme

Notre vie s’organise: nous vivons chez des filipins qui louent 2 bungalows face à la plage, en compagnie de poules et coqs, d’un chien noir voleur….tout cela à prix doux. Tous les matins, petit dej sur notre terrasse, hé…vrai café avec de l’éthiopien amené de France dans nos sacs. Notre voisin , un bourguignon, vit là depuis 6 mois; en fait on croise pas mal de français dans le coin: un petit groupe se forme avec 4 ardéchois, un basque et une cousine du Quebec; ensemble nous ferons une sortie dans les îles au large.

vue sur le jardin et la plage depuis notre nippa hut

vue sur le jardin et la plage depuis notre nipa hut.

riziére sur fond de jungle au cours d'une promenade

Rizière sur fond de jungle au cours d’une promenade.

la cascade de Pamuayan, atteinte après 5kms d'approche

La cascade de Pamuayan, atteinte après 5 kms d’approche. Baignade possible.

cocoteraie

Cocoteraie et carabao.

plage déserte de Pamuayan

La plage déserte de Pamuayan.

sortie en mer avec notre voisin

Sortie en mer avec notre voisin

Quelques images prises au large au cours d’un pique-nique (punch coco, salade exotique, poisson au feu de bois, fruits). En fait, Port Barton est situé dans une baie abritée, fermée au large par de nombreuses îles petites et grandes ( Albaguen, Cacnipa, Capsalay entre autres ).

exotic island et la plage de notre pique-nique

Ici Exotic island et la plage de notre pique-nique

et l'ile voisine

et l’île voisine joignable à pied, un bel endroit.

german island, l'ile des tortues

German island, l’ile des tortues.

Gayacan, un des meilleurs restos filipins du coin

Gacayan, un des meilleurs restos filipins du coin, prix défiant toute concurrence.

Bon, au bout d’une semaine bien remplie, il faut bien penser à repartir et rejoindre Puerto Princessa pour une nouvelle destination en laissant les personnes rencontrées ainsi que Gerard, Yvan et Charley qui nous ont accueilli chaleureusement. Comme nous étions bien à Barton, nous avons abandonné l’idée de pousser jusqu’ à El Nido,  qui était notre destination ultime au départ…Il faudra revenir.

Nous aurons quelques heures demain pour faire le tour de Puerto Princessa ( nuit à l’ hôtel Galaxy, propre, petit dej+transport à l’aéroport inclus pour 900php ). Adieu Palawan et direction CAMIGUIN.

le bus pour la capitale, en arrière l'office de Tourisme; nous mettrons 5h pour le retour avec un bruit in quiétant au niveau de la transmission.

Le bus pour la capitale PP, en arrière l’office de Tourisme de Port Barton; nous mettrons 5h pour le retour avec un bruit très  inquiétant au niveau de la transmission.

the baywalk, la promenade des anglais locale

The baywalk de Puerto Princessa, la promenade des anglais locale.

scène de pêcheurs à Puerto Princessa

scène de pêcheurs à Puerto Princessa

casse croute

casse croute du pécheur: riz uniquement

 

CAMIGUINnous voilà, via Cebu city.

Le vendredi 31, avion de 11h50 pour Cebu par Cebu Pacific air; nous avions opté pour le ferry de nuit qui mène vers Camiguin, embarquement prévu à 20 h pour arriver à 8h du mat.

A 15 h, nous arrivons au port de Cebu sur le site de Super Shuttle Ferry pour prendre les billets et là, patatra, bateau annulé cause typhoon: 21 régions en alerte 2 (gale warning) tous les transports maritimes de la région annulés!!! C’est vrai, en levant les yeux, il y a une grosse masse nuageuse au dessus de nos têtes , sans plus. Et là, j’égare en outre mon carnet de notes et de route…furibond j’étais.

Obligation de changer nos plans: dormir sur Cebu city puis joindre Camiguin par l’avion de dimanche matin sera notre nouvelle option, pas le choix: nous perdrons un jour.

Cebu, deuxieme ville des Philippines et comme toutes grandes villes du pays: chaleur et pollution, circulation et bruit, misère urbaine surtout depuis le typhoon Yolanda de 2013 qui a poussé une partie de la population à se déplacer. Ainsi, samedi, nous en profiterons pour visiter la ville. Ce sera plutôt un bon souvenir.

En attendant, la pluie arrive vers 18h puis grosses averses tropicales toute la nuit, assez peu de vent nous a-t-il semblé, cela ne nous a pas empéché de dormir (Teo-Fel Pension, simple et bon marché pour 675p ).

Quelques images de Cebu city:

cantine de rue

cantine de rue , les filipinos mangent souvent

le fort San pedro, vieux fort espagnol de 1565

Le fort San Pedro, vieux fort espagnol de 1565, une visite agréable et ombragée.

la croix de Magellan, cette croix contiendrait des restes de la vraie croix plantée par magellan en 1521, devenues depuis une relique religieuse très vénérée. Les renforcements de la croix et de la rotonde sont liés au dégats causés par le tremblement de terre de l'automne 2013.

La croix de Magellan, cette croix contiendrait des restes de la vraie croix plantée par Magellan en 1521, devenues depuis une relique religieuse très vénérée. Les renforcements de la croix et de la rotonde sont liés au dégats causés par le grand tremblement de terre de l’automne 2013.

tout n'est pas rose sur l'archipel, ici enfants des rues

Tout n’est pas rose sur l’archipel, ici enfants des rues.

et là, famille essayant de vivre de petits boulots

et là, familles essayants de vivre de petits boulots

dans une grande surface

Dans une grande surface.

Enfin, au petit matin: lever à 4h  ce dimanche ( deuxième nuit au Ace Pension sur Mactan, proche de l’aéroport pour 900p ) puis avion de 6h. Nous atterrissons au grand aéroport de Camiguin 50 mns plus tard.

CAMIGUIN, ile volcanique par excellence: 4 à 5 volcans peut être plus dont le Hibok-Hibok – 1320m – sous surveillance ( nombreuses  éruptions de type péléen dans les années 1950 avec nuées ardentes et nuages de cendres responsables de la mort de 500 personnes, les corps seront momifiés par la chaleur comme à Pompéi). Le sommet de l’ile atteint les 1500m au mt Mambajao, souvent dans les nuages avec une pluviométrie importante responsable d’une végétation luxuriante: sources chaudes et froides, cascades, rivières abondantes et bien sur bombes volcaniques, cendres et lahars, plages de sable noir, coulées de laves etc. Le paradis pour les amoureux des coulées pyroclastiques et des phosphatares…voir internet pour renseignements sur le Hibok-Hibok.

La politique de l’île est très orientée sur l’information écologique, la protection de l’environnement, la gestion de la sécurité; ici, no crime, no delit: si tu fais honte à Camiguin, tu es sermonné par le gouverneur; et si tu n’es pas d’ici, tu es renvoyé dans ta province. L’île est tenue propre, pas d’ordure; son mot d’ordre:  » clean and beautiful island »… très agréable pour le voyageur.

Camiguin a de nombreux atouts qui retiennent l’occidental: un aéroport, une capitale, MAMBAJAO, à dimension humaine, un distributeur de monnaies, un marché avec des produits locaux très abordables, deux moyennes surfaces, du pain à l’européenne, de nombreux hébergements à tous les prix, des pompes à essence, des bars et restos sympas, du poisson à toute heure, une population accueillante (ici, les gens roulent les R) etc etc

Notre logement: un appartement avec 2 chambres, salon-salle à manger et cuisine ( avec l’essentiel, frigo quand même) salle de bains et grande terrasse donnant sur la mer, jardin luxuriant, propriété fermée et gardée, ménage et changement draps et serviettes tous les trois jours, au prix…confidentiel. Nos voisins sont des français.

Après le poids des mots, le choc des photos…:

arrivée au grand aéroport de camiguin  à 7h du mat

Arrivée au grand aéroport de camiguin à 7h du mat.

white island, une bande de sable blanc d'origine coralienne au large de mambajao, nous avons aimé...

white island, une bande de sable blanc d’origine coralienne au large de Mambajao, nous avons aimé…

allez, une autre pour le panache de nuages couvrant les volcans

allez, une autre pour le panache de nuages couvrant les volcans

les sources chaudes, Ardents springs, 35 degrés

Les sources chaudes, Ardents springs, 35 degrés.

superbe végétation

Superbe végétation.

Au cours du séisme de 1871, le cimetière de Bonbon a glissé sous la mer: une croix en mer marque son emplacement, le sunken cemetery.

Au cours du séisme de 1871, le cimetière de Bonbon a glissé sous la mer: une croix en mer marque son emplacement:  » le sunken cemetery ».

quelques volcans quand même, certains prétendent que Camiguin serait l'ile la plus volcanique au monde>

Quelques volcans quand même, certains prétendent que Camiguin serait l’île la plus volcanique au monde.

La spécialité de Camiguin, c’est aussi les lanzones, un fruit particulier- entre le letchee et la quenette –  ce fruit est fêté lors d’une fiesta carnavalesque en octobre, pleine saison de production. Voir sur le web: lanzones festival.

Nous poursuivons la découverte de l’île, en moto. De Camiguin, nous retiendrons les nombreuses journées pluvieuses, phénomène fréquent en janvier-fevrier, dit-on ici. Sans doute en relation avec les massifs montagneux. Mars et Avril seraient plus propices.

la petite ile de Mantigue

La petite île de Mantigue,au sable blanc, au large de Camiguin, pas grand monde…

maison traditionnelle dans le sud de l'ile

Maison traditionnelle dans le sud de l’ile, je veux la même.

les chutes de Katibawasan, 75m de haut

Les chutes de Katibawasan, 75m de haut quand même…

Bura Soda spring, joli nom, je croyais qu'on allait nager dans du soda

Bura Soda spring, joli nom, je croyais qu’on allait nager dans du soda ( Coca à volonté ), en fait des bulles remontent du sol volcanique.

 des rivieres puissantes emportent les cendres sur les routes

Des rivieres puissantes ont emporté les cendres sur les routes, circulation impossible pour le moment..

En une petite semaine, nous sillonnerons en moto une grande partie de l’ïle, la circulation est facile car peu de trafic et une seule route principale circulaire; peu de chance de faire fausse route. Autres centres d’intérêt: Philvolcs où on est bien accueilli par les observateurs des volcans,  mais aussi le Old Volcano, Kabila beach et ses clams géants, le marché de Mambajao ( tentez le lechon baboy ou cochon de lait local, un délice). L’île de Camiguin, on vous la recommande, endroit très accueillant. Prochaine direction, Bantayan , dans le nord Cebu.

 

Le 9/01/2014 Après un vol, celui de 7h20, un bus Ceres et un ferry, nous atteignons Santa Fe sur BANTAYAN vers 14h30. L’ile a été touchée de plein fouet par le typhon Yolanda et se relève doucement. Des maisons et des hébergements ont été totalement soufflés, d’autres ont été épargnés de façon incompréhensible. De nombreuses tentes ont éte distribuées par le UNHCR. Il reste beaucoup à faire, des maisons à rebatir, l’électricité a été rétablie sur 75% de l’île. Quelques hotels sont totalement opérationnels, d’ autres trop endommagés pour s’en remettre.

cet ancien bar aura du mal à s'en remettre

Un exemple : cet ancien bar aura du mal à s’en remettre.

dégats dans une cocoteraie

Gros dégats dans la cocoteraie de Maricaban.

Quoi faire?  Aller chez le coiffeur, j’en ai besoin: 7 mn plus tard et pour 50p only (0,80 e) c’est fait. Mais nous nous attardons car nous avions entamé une conversation intéressante avec notre voisin qui parlait un peu le français, l’espagnol etc. Les conversations commencent souvent par des généralités: d’où venez-vous? où résidez-vous? Dans quelle région de la France?

Nous: » le sud-ouest, près de Bordeaux ». Lui:  » ho…Bordeaux, le pays du vin »

Il s’avère que ce monsieur connaissait très bien la France, visitée plusieurs fois: le foie gras du Périgord, les chateaux de la Loire, Marseille et Lyon  Rouen et Jeanne d’Arc , Toulouse, l’Alsace , Paris ( Montmartre et ses peintres, Notre Dame, le Moulin Rouge et le french can-can …). En fait ce philippin était chirurgien à Chicago et sa femme était native de Bantayan. Ils – lui et sa femme- connaissaient très bien aussi, en tant que catholiques philippins et grands pratiquants, les hauts lieux religieux européens: Lisieux, Lourdes, Fatima, Avila, Compostelle etc etc. Au moment de se quitter, dans ce salon de coiffure sans prétention, je jette un oeil sur son livre – en fait notre homme lisait lors de notre entrée- je jette un oeil et …il lisait  »Mein Kampf » de Adolf Hitler. Il me regarde et me dit:  »Hitler est mon ami ».

Ces grands chrétiens sont des gens étonnants parfois, n’est-il pas? J’ ajoute  que je n’ai rien inventé.

ne vous méprenez pas, ma jolie coiffeuse est un garçon...

Ne vous méprenez pas, ma jolie coiffeuse est un garçon…

Le 8 novembre 2013, le typhon Yolanda touchait les Philippines avec des vents atteignants les 315 kms/h, c’était le 35 ème typhons de la période cyclonique. Après  son passage  sur Bantayan, de nombreuses ONG sont intervenues; une des plus efficaces aurait été SHELTERBOX – d’après quelques témoignages: intervention précoce (2 jours), analyse pointue de la situation et des besoins avec l’aide des autorités locales (barangay captains) et distribution ciblée des abris à ceux qui en avaient réellement besoin. Du coup, je me suis intéressé à cette organisation fondée en 2000 par un rotaryen anglo-saxon et spécialisée dans les abris d’urgence; en fait, elle distribue un kit, une boite très solide contenant une tente, des couvertures, des outils, un kit purificateur d’eau, des instruments de cuisine pour mettre les sinistrés à l’abri et leur permettre de redémarrer la vie; en outre, elle s’est dotée d’un système de suivi des phénomènes météorologiques en relation avec les organismes officiels,  lui permettant ainsi de réagir et d’intervenir dans l’instant. Sa priorité: être sur les lieux en 2-3 jours. Et bien, en voilà une ONG qu’elle est bonne…

tente distribuée par les ONG

Une tente distribuée par les ONG, ici Shelterbox, il reste encore de nombreux villages de toile.

Il a été décrit aussi une grande solidarité, les plus fortunés venant en aide aux plus démunis:  dons de riz, poissons, lait en poudre pour les enfants etc

La capacité de rebond du peuple philippin après un cataclysme ou un malheur reste étonnante: la vie reprend, avec le sourire et sans trace d’animosité, c’est très particulier. Cette aptitude au fatalisme est dénommée  »Bahala na ».

Pendant notre séjour, l’activité continuait et l’île retentissait du doux bruits des tronçonneuses taillants les arbres et des marteaux des charpentiers: il y avait encore beaucoup à faire. Malgré tout, l’ile conserve des atouts et le voyageur est le bien venu. Bantayan, c’est un de nos coups de coeur, nous aimons y séjourner. Il nous semblait important d’y revenir après le typhon, de soutenir l’île par notre présence. Le Coucou bar sur Santa Fe demeure une de nos adresses préférées. Images.

bois de charpente taillé à la tronçonneuse et à main levée dans du cocotier

Bois de charpente taillé à la tronçonneuse et à main levée dans du cocotier renversé par le typhon.

les plages sont encore attractives

Les plages malgré tout sont encore attractives.

encore une: Sugar beach, eau claire

Encore une: Sugar beach, eau claire

au cours d'une ballade à vélo, une soif nous a conduit à boire un litre de coca dans un petit sari-store, la population s'est , une jeune fille a voulu à tout prix nous offrir des colliers de coquillages. Photo de son petit atelier, ces gens sont étonnants...

Au cours d’une ballade à vélo, une soif nous a conduits à boire un litre de coca dans un petit sari-store, la population s’est approchée , une jeune fille a voulu à tout prix nous offrir des colliers de coquillages. Photo de son petit atelier, ces gens sont étonnants…

Après 3 jours bien remplis en ballade à vélo sur cette île toujours accueillante, notre idée est de rallier DUMAGUETE et son aéroport car il va falloir songer au retour sur Manille;  et aussi  découvrir les environs du sud Negros.

Mercredi 12 /02/2014 temps nuageux et venteux. Départ pour Cadiz sur l’ile de NEGROS. C’est la dernière semaine. Hier, nous  sommes venus aux  renseignements: le bateau devrait partir à 9 h du port de Bantayan city.

Aussi, à 8 h 30 nous nous présentons au port et achetons nos billets; le pumpboat est ancré au large, faute de profondeur (marée basse en plus). Nous patientons sur le quai. A 9h, une embarcation nous transporte vers le pumpboat. A 9h 25, deuxième embarquement, passagers et marchandise. Tout le monde mange à bord. 9 h 30, démarrage du moteur. 9 h 45, troisième embarquement, surtout une cargaison d’oeufs. 9 h 55, la passerelle fait sonner la cloche et les marchands de friandise quittent le bord. 10 h, prière sur écran plat ( dieu, protège notre voyage ) suivie des instructions de sauvetage. 10 h 02: le  »Super SM » met les gaz direction Cadiz pour 2 h30 de traversée. Voilà un grand classique :comment on prend une heure de retard aux Philippines dès le départ…. la journée de jonction risque d’ être longue.

attente sur le quai

Attente sur le quai, il faut être patient lors des délacements.

Le pumpboat est au 3/4 vide, en dehors de la cargaison d’oeufs; 2 boules  »quies » vissées dans les oreilles, je m’allonge confortablement et me plonge dans mon bouquin:  » Peste et Choléra » de Patrick Deville, le style est un peu dérangeant au départ – ce n’est pas de la grande littérature – teinté d’humour, mais le sujet est passionnant et nous fait découvrir Alexandre Yersin, sacré bonhomme. On y croise aussi des grosses pointures: Pasteur (le grand homme du Jura), Calmette, Emile Roux, Chamberland, Paul Doumer, Léon Serpollet (qui se rappelle de Serpollet!!!) des gens au caractère bien trempé qui nous font défaut aujourd’hui. En voyage, un bouquin ça aide à passer le temps.

A 12 h 30, nous mettons pied à terre sur le sol de la grande ile de NEGROS, le grenier sucrier filipin, le pays du moscovado, champs de canne à sucre à perte de vue.

1o heures plus tard après 2 tricycles, 2 multicabs, 2 bus Ceres et le sentiment d’avoir été excellents lors des changements, nous toucherons sous la pluie la ville de Dumaguete et l’ Hotel Palwa. Ces journées de jonction sont toujours longues, une véritable école de patience et de lenteur…

DUMAGUETE, c’est une ville que nous adorons. Mais après un petit tour en ville, nous filons dès le lendemain par le bus vers DAUIN à 15 kms en bord de plage. C’est ici que nous finirons notre séjour. Nous avons opté pour le Puerto Cita Resort: un bungalow tout simple dans un coin paisible pour 950 php avec cuisine et salle à manger  communes; et comme peu de gens cuisine, nous y seront tranquilles , le marché est à quelques pas.

Dauin attire les plongeurs et propose de nombreux clubs de plongée hauts de gamme ainsi que des hébergements disséminés le long de la plage. Hébergement pour toutes les bourses. Quelques noms: Mike’s Dauin Beach resort, rien que pour y prendre un verre . Nous avons aussi aimé le Dream Diving resort sur Malatapay pour dormir, boire un pot ou manger, bonne cuisine…juste en face de APO island.

exemple d'hébergement haut de gamme à Dauin

Exemple d’hébergement haut de gamme à Dauin

notre cuisine-salle à manger fait son effet

Notre cuisine- salle à manger fait son petit effet.

la plage de Dauin

La plage de Dauin, au premier plan bateau pour la plongée.

Nous louerons une moto pour deux jours afin de sillonner le quartier. Malchanceux, de fréquentes crevaisons nous feront connaitre le vulcanisateur.

fête de l'école de Dauin pour ...le valentine's day,ces filles ont 16 ans

Fête de l’école de Dauin pour …le Valentine’s day,ces jeune filles ont 16 ans.

l'ile d'APO, au loin, par mauvais temps, le paradis des plongeurs

L’île volcanique d’APO, au loin, par mauvais temps, le paradis des plongeurs.

Si cela vous tente de vous rendre sur Apo island, il faut alors pousser jusqu’ à Malatapay, la bourgade voisine; là un bureau organise le transport vers Apo: un bateau moyen pour 4 passagers revient à 2000 php, un grand bateau pour 8 revient à 3000 php, à diviser entre les passagers. Quand nous arrivons à l’embarcadère, il n’y a que nous; nous patientons un peu, puis nous sommes rejoints par un groupe de 5 jeunes philippins de Manille en ballade, enfin par un américain venant de Shangai. Coût égal à 375 php chacun pour faire l’aller-retour.

En fait, le gros bateau n’est pas si gros que cela et sans cabine; et la mer étant bien formée, nous nous ferons complètement trempés dans la bonne humeur générale. Compter une heure pour la traversée.

Et là, nous passerons un excellent moment sur une île paisible que nous redoutions très fréquentée car appréciée des plongeurs. A quelques mètres de la plage, l’eau est bien claire et nous évoluons parmi des tortues assez placides se nourrissant dans les herbiers et observons de magnifiques coraux dont de nombreux coraux mous; nous croiserons aussi deux cobras des mers. Apo, un coup de coeur. Il nous faudra revenir. Et pourquoi pas y passer une nuit ?

Apo island, quelques jours plus tard

Apo island, mer forte…roche volcanique.

Pour changer de la mer, on peut aussi aller  vers la montagne pour trouver la fraicheur, direction VALENCIA et son beau marché fermier sous de grands arbres; puis plus loin admirer les chutes de CASARORO dans la jungle au pied du mont Talinis. Possibilité de randonner.

marché fermier de Valencia

Le marché fermier de Valencia sous des arbres vénérables.

au premier plan les fameux lanzones

Fruits et légumes au premier plan les fameux lanzones.

descente vers l'enfer vert

Descente vers l’enfer vert et la rivière par les escaliers.355 marches.

les chutes de Casaroro vers Valencia en compagnie de Croates

Les chutes de Casaroro en pleine nature et en compagnie de Croates.

le manokan, l'endroit où  sont réunis, élevés et entrainés les coqs de combat.

Sur le retour, nous croisons le manokan, l’endroit où
sont réunis, élevés et entrainés les coqs de combat.

Nous irons aussi vers Siaton et Tambobo bay des endroits que nous aimons bien.

rizières sur la route de Siaton

Effet miroir sur les rizières, en  route vers Siaton.

un joli sinigang de crevettes

Un  savoureux sinigang de crevettes servi au Cove Sands Beach Resort à Agbabagacay, bonne adresse à Siaton encore.

notre chambre à air connaitra la technique locale de vulcanisation: 5 trous, soit une heure et 100php  ( 1,60 e)

Notre chambre à air connaitra la technique locale de vulcanisation: 5 trous, soit une heure de réparation et 100php  ou encore 1,60e.

moulins à vent pour irriguer les rizières

Moulins à vent pour irriguer les rizières vers Antulang.

C’est à ce moment-là qu’un jeune couple germano-philippin viendra loger dans un bungalow voisin. Lui venait de la région de Francfort et elle de Cebu. Le premier mot de ce cousin germain sera :  »enchanté » car Gunt parlait un excellent français. C’était un passionné de la France, de la culture, du patrimoine français et aussi ….de la cuisine française; il aimait cuisiner et sa spécialité était -tenez-vous bien- le coq au vin, rigolo, non !!

Gina, son amie cebuana, est de nature enjouée, sur Cebu elle s’occuppe d’enfants en difficulté; elle prétendait être mauvaise cuisinière mais elle reproduira de mémoire les recettes maternelles avec assez de réussite.

C’est en cette bonne compagnie que nous passerons nos deux derniers jours en échangeant nos impressions sur les voyages, sur la cuisine, les coutumes en partageant nos plats et recettes et en final en échangeant nos adresses comme souvent. Une belle rencontre.

Ils adoraient nous entendre parler le français. Nous avons souvent rencontré des étrangers qui appréciaient la France et les français et, étonnement, nous avons aussi rencontré des français qui dénigraient pas mal leur pays. Sommes-nous mal perçus des nôtres? Ça laisse réveur…

vers Antulang, une plage que nous aimons bien, habitations en bambou dans la végetation

Vers Antulang, une plage que nous aimons bien, habitations en bambou disséminées dans la végetation. Une belle adresse.

Des que possible, je me replonge dans Peste et Choléra, passionnant. Yersin, né en 1863, est jurassien suisse, du canton de Vaud, il devient médecin et entre au service de l’institut Pasteur, il devient un brillant bactériologiste et découvre la toxine diphtérique. Il demande la nationalité française, curieusement alors que aujourd’hui nos concitoyens demandent la nationalité suisse. Mais il s’ennuie enfermé dans les laboratoires, il quitte l’Europe pour l’Indochine Française oú il exerce la médecine parfois ; il y devient aussi un brillant explorateur, et avec rigueur un cartographe, un ethnologue..etc dans un pays où tout était à faire. En 1894, une épidémie de Peste éclate en Chine, mandaté par l’institut, Yersin découvre le microbe de la peste. On lui donnera le nom de yersinia pestis.

Mais il peine à trouver un vaccin, développe malgré tout un sérum et entreprend des campagnes de vaccination. Yersin sera plus efficace envers la peste bovine et devient éleveur de chevaux et de bovins, puis de volailles. Ne faisant pas les choses à moitié, il développe une grande plantation, plante des fleurs, acclimate des arbres fruitiers (cacao, caféier) . Quand il a du temps, il construit des cerfs volants, tate à l’astronomie, installe des laboratoires et forme des assistants.

Il se lance dans l’introduction de l’ hévéa , récolte avec succès le latex qu’il revendra à Michelin; puis s’intéressera à l’arbre à quinquina et se lance avec réussite dans son exploitation et la fabrication de la quinine. Sa petite entreprise finira par créer de la richesse. Il sera aussi en relation avec la maison Vilmorin.

Entre temps, il soigne la population locale; il écrit à sa famille:  » je ne fais pas payer ces gens, la médecine c’est mon pastorat. Demander de l’argent pour soigner un de ces malades, c’est un peu lui dire la bourse ou la vie. » Je me dis que les temps ont bien changé.

Yersin meurt en 1943 à Nha Trang où il sera enterré. Il est plus connu en Asie que en France et en Suisse.

Nus songeons à quitter DAUIN qui nous a enchantés. Le 18, nous prendrons à Dumaguete, l’avion pour Manille.

le 18/02 à la quince: vol Dumaguete-Manille avec PALexpress . Avant le vol international du 19 à 0h 50. L’ avantage de l’aéroport de Dumaguete, c’est qu’il est accessible aisément, à 2 pas du centre ville, petite structure, ambiance bon enfant. Cela nous coûte de quitter le pays et le grand beau temps est de retour en plus.
vol-retour vers Manille: nous survolons avec nostalgie Tablas, Romblon

Vol-retour vers Manille: nous survolons avec nostalgie Tablas, Romblon et en haut à droite  dans les nuages l’ile de Sibuyan

C’est le 18/02 à 23h 45 exactement, bien allongés dans notre lit du Tune hotel et prets à nous endormir que nous prenons conscience que notre vol pour Paris décolle dans une heure.

Nous sautons dans nos vêtements, attrapons nos sacs à dos heureusement non-défaits, prenons au vol et au pied de l’hôtel un taxi. Pas trop de circulation, 15mns pour joindre le terminal international, un peu désert à cette heure; courses dans le hall jusqu’ au bureau Etihad: il reste encore 2 membres du personnel, ils téléphonent et nous comprenons que quelqu’un quelque part accepte notre embarquement. Enregistrement de nos bagages, passage à la police des frontières, taxe d’aéroport, passage au scanner, à toute vitesse grace à nos 2 anges gardiens philippins. A 0h 25, nous posons le pied dans l’avion. Le commandant de bord, un français, nous salue:  »bienvenue à bord ». Nous présentons nos excuses pour notre retard.  » Des français, l’avion ne serait pas parti sans vous » dit-il avec humour. 0h 45, l’avion commence à bouger. OUF!

Pas le choix des sièges, l’un est à l’avant, l’autre à l’arrière. Mon voisin, un filipin engage la conversation en anglais  » where you come from?  » From France ».  » J’habite près de Lyon » il me dit.  »Comment tu t’appelles ».  »Bernard », je réponds.  »moi, c’est Allan », on se serre la main.  » Je suis frère mariste, j’enseigne dans une institution près de Saint Etienne ». Voilà comment le voyage passera rapidement grace à Allan qui me racontera  ses aventures. Bien sur, j’ai son adresse et j’ai promis de lui rendre visite à Saint Chamond; et son frère à Mindanao nous attend.

Les frères maristes ou petits frères de Marie est une congrégation tournée vers l’enseignement et développant une philosophie particulière.

Vraiment, voyager c’est trop bien. On y fait des rencontres étonnantes. Juste faire preuve de plus de vigilance: c’est bête de louper son avion par désinvolture…

 

Publié dans Mariage, Non classé | 13 commentaires

MON JURASSIQUE PARC

Il y a peu, un ami m’a dit:  »tu devrais écrire un blog sur le Jura »; j’ai hésité un peu et voilà je me suis lancé.

C’est  le JURA?

Un jour, quelqu’un m’ interpelle ainsi:  »c’est où le jura? Le jura, c’est les Vosges? » Et non, ce n’est pas les Vosges, mais c’est bien dans l’est. Ensuite, cela dépend de quoi on parle. Parlons du massif montagneux du JURA; au lycée, le professeur nous enseignait, je m’en rappelle:  »au sud , le jura se termine à la dent du chat ». La Dent du  Chat!!! hé oui petit sommet dominant le lac du Bourget, en Savoie,  proche des Préalpes …

452px-Geologie_massif_du_Jura.svg

la haute chaîne en bleu clair, image empruntée

Le  massif du JURA revêt la forme d’un croissant de 350 kms de long environ ; il est admis qu’il prend naissance par deux plis distincts au plateau du Grand-Ratz au  nord de Voreppe, vers Grenoble et à la chaîne de l’Epine et Dent du Chat au sud de Chambery. La chaîne jurassienne s’oriente au départ vers N-NE puis progressivement vire vers le nord et l’est, et finit  franchement dans le sens ouest-est dans le canton de Zurich en Suisse. Ce massif est donc franco-suisse, encore quelque chose que nous partageons avec nos voisins; il atteint une quarantaine de kms en largeur au niveau de GENEVE et fait 70 kms de large vers Besançon. Il culmine au fameux sommet du Crêt de la Neige (1719-1720 m) suivi de près par le non-moins fameux Reculet (même altitude) dans le département de l’Ain, les hauteurs de ces sommets étant régulièrement  corrigés à la hausse…drôle.

la haute chaîne au Cret de la Neigee

le CRET de la NEIGE, la haute chaîne au niveau de l’AIN

le sommet, c'est écrit dessus 1719m

le sommet, c’est écrit dessus 1719m

Notez les nombreux départements couvert par le massif : Isère, Savoie, Ain etc; rien ne différencie le jura français et le suisse, seule une frontière, un trait sur une carte, les sépare.

Ici, s’étendait une mer chaude, de faible profondeur, riche en  micro-organismes, coquillages et coraux (250Ma-145Ma, ce n’était pas hier) avec de grandes lagunes, des îlots coraliens et lagons, des îles tropicales, on a du mal à l’imaginer. En fait, cela ressemblait aux Bahamas ou aux  îles Seychelles; Etre né aux Antilles et passer son temps aux Seychelles, ce raccourci me plait assez. Ici se déplaçaient des dinosaures dont on peut encore voir les traces de pas à Loulle ou à Croisiat.

800px-Tauna

vous n’allez pas le croire, le JURA ressemblait à ça (image empruntée)

Le plissement alpin a transformé la mer en massif montagneux où les roches dominantes sont le calcaire et la marne. Les phénomènes karstiques vont s’y développer: dolines, lapiaz, gouffres et cavernes; le travail des eaux va créer les reculées, les combes…La période glaciaire va finir de façonner le paysage: lac de moraine comme celui de Chalain…

Le massif jurassien épouse le Lac Leman et celui de Neuchatel dominés par le massif alpin et le Mont Blanc créant un spectacle sublime. L’alliance du végétal (forêts d’épicéa et de hêtres dominants) et du minéral (calcaire et murailles de pierre)  donne des paysages particuliers, très doux et arrondis, parfois très rudes en approchant les falaises des sommets, paysages inoubliables- me semble-t-il.

PENTAX Image

image typique du jura: épicéas, murget, pâture et vaches montbéliardes vers « le Couchant » au dessus de Bois d’Amont.

paysage typique depuis la Dole ,côté suisse

paysage typique depuis la Dole ,côté suisse

vers le Colomby de Gex: falaise et éboulis

vers le Colomby de Gex: falaise et éboulis

la haute chaîne vers le Reculet

la haute chaîne vers le Reculet: gros travail de l’érosion

La Dole, sommet suisse

La Dole, sommet suisse

Il se dit que le mot jura viendrait du celte et du latin et voudrait dire forêt ou désigner un pays couvert de forêts , c’est vrai que la forêt ne manque pas ici ( 60% du territoire ). On retrouve aussi ce mot dans l’île Jura en Ecosse, il existe aussi une ville allemande nommée Jura. Désolé, le juron n’est pas une spécialité jurassienne, bien que on peut y entendre: des vingt dious, vains dious, des cré vain diousse, des non des diousses, des vaindzous et l’étonnant vainbleu etc… je ne garantis pas l’écriture.

La jurisprudence n’ est pas une prudence particulière adoptée dans le Jura; quoique: pourrait-il y avoir une relation entre le mot latin jus, juris (le droit) et le pays du jura? un pays crée par un droit ancien particulier ? Cette idée séduit certains.

Par contre sur les routes, le touriste se doit d’être prudent car le conducteur local se croit souvent dans une course de côtes…

La montagne a donné son nom à un département en France et à un canton en Suisse.

Quant au Jura régional , il correspond sensiblement à la Franche Comté (Doubs, Jura, Ain). Et cette Comté, pourquoi est-elle appelée Franche? Voila aussi une bonne question?

Mon jurassique parc à moi correspondra sensiblement à la Franche Comté, plus le département de l’Ain (rattachée à la région Rhone-Alpes)  tout en débordant chez les Helvètes. Je reconnais une méconnaissance pour la Haute-Saone et le territoire de Belfort.

Pour finir, le massif a aussi donné un nom à une ère géologique,  »le jurassique »; cette appelation est internationale. Personne ne peut nous l’enlever.

Le Jura est aussi le pays des synclinaux et anticlinaux, des crêts, des cascades, des résurgences, des monts et des vals, des cluses, des tourbières et des lacs …….De quoi ravir les yeux.

lac de Bonlieu

lac de Bonlieu

lac de Joux en Suisse

lac de Joux en Suisse

le saut du Doubs

le saut du Doubs

cascade, Baumes les Messieurs

cascade, Baumes les Messieurs

tourbière vers

tourbière et bouleaux nains vers  Bellefontaine

Faire l’ascension des sommets jurassiens demeure des instants magiques, on ne s’en lasse pas. Et l ‘hiver ne gâche rien.

massif alpin depuis le col de Crozet, station de Lelex

massif alpin depuis le col de Crozet, station de Lelex

neige en fevrier

neige en février, sommet de la station de Lelex

Les saisons offrent des images variées.

printemps sur Premanon

printemps sur Premanon

feuilles de hêtre

feuilles de hêtre en automne

neige précoce à 1000

neige précoce à 1000 m en automne

le regain

le regain au petit matin, automne

premières neiges fin novembre

premières neiges fin novembre

En dehors des agglomérations, l’habitat jurassien est assez dispersé, il s’agissait essentiellement de fermes tournées vers l’élevage de vaches laitières pour la fabrication du fromage. Aujourd’hui souvent transformées en habitation.

ferme d'alpage "le Couchant"

ferme typique d’estive « le Couchant » en Suisse

ferme traditionnelle sous la neige

ferme traditionnelle sous la neige

Quelque peu retirée, cette maison est auto suffisante: pas d'électricité sinon photovoltaique, eau du puit, chauffage bois, potager, volailles...

Quelque peu retirée en altitude, cette maison est auto suffisante: pas d’électricité sinon photovoltaïque, eau du puits, chauffage bois, potager, volailles… Pour résister à la neige et au vent, couverture métallique et pignon sud habillé en tavaillons traditionnels, disparition du premier étage.

clocher typique du jura

clocher typique du jura, Bois d’ Amont

Les hivers sont rudes et s’éternisent; c’est l’occasion de faire de belles images.

Chalet Lacroix

Chalet Lacroix vers Bois d’Amont

chiens de traineau

chiens de traîneau

 

telesiège à La Serra

télésiège à La Serra, commune de Lamoura

le petit train de Nyons vers la Givrine

le petit train de Nyon vers le col de la Givrine (Suisse)

Au cours de promenades, on peut faire des rencontres étonnantes.

gentiane de printemps, un beau bleu

gentiana verna (gentiane de printemps) un joli bleu

deux genres d'orchidées

deux genres d’orchidées

le fabuleux lys martagon, visible vers 1500 m.

le fabuleux lys martagon, protégé et visible vers 1500 m.

la chapelle de Cariche devant la haute chaîne

Entourée de jonquilles, la chapelle de Cariche, commune des Molunes,  devant la haute chaîne, un lieu magique.

cloche

cloche  offerte à un vacher suisse pour ses 50 ans, vers Amburnex

le bateau pour traverser le lac Leman

le bateau pour traverser le lac Leman depuis Nyon

On rencontre aussi des bistrots.

bistrot de montagne, combe du lac vers Lamoura

bistrot de montagne, au pied de la piste, combe du lac vers Lamoura

et son étonnant bar

et son étonnant bar: ici, tout est étonnant même le patron.

bar restaurant au col du Marchairuz, Suisse. un scré coin.

bar restaurant au col du Marchairuz,  sur Suisse. un sacré coin.

Maintenant que dire de la FRANCHE COMTE?

La Franche Comté est une région géo-administrative regroupant 4 départements, le Jura, le Doubs, la Haute Saône, le Territoire de Belfort avec Besançon comme capitale régionale. Les habitants sont les franc- comtois(es), le mot comtois désigne aussi une belle horloge locale ou encore le magnifique cheval comtois .

Notez le rattachement de l’Ain à la zone Rhône-Alpes, de ce fait les points culminants de la FC sont le crêt Pela (contre lequel s’adosse la fameuse station de La Serra/Lamoura) devant le superbe Mont d’Or (station de ski de Metabief dans le Doubs) à 1462m, sans oublier la montagne des Tuffes à 1417m (station de ski des Rousses). Les plus hauts sommets du massif étant situés dans l’Ain et sur Suisse.

Anecdote amusante: le Ballon d’Alsace (massif des Vosges) chevauchant plusieurs régions, se retrouve partiellement en FC sur la Haute Saône et Territoire de Belfort.

Ne pas parler du cheval comtois m’est difficile. Ce cheval de trait de taille moyenne connut son heure de gloire comme monture de bataille, transport et artillerie; mais les guerres napoléoniennes furent désastreuses pour la race qui faillit bien disparaitre. Le comtois retrouve un renouveau depuis 1990-2000, il présente de nombreuses qualités: il est rustique, solide, docile et de grande beauté. Le crin particulièrement blond de sa crinière, de sa queue et des fanons tranche sur sa robe baie, lui donnant fière allure.

bel animal

bel animal, image empruntée

Cet effet de mode reste inexplicable (engouement, tourisme – attelages-, utilisation à des tâches de débardage ou vigneronnes…) . Le franc-comtois se retrouve-t-il dans le comtois ? De nombreuses personnes en possèdent sur leurs propriétés.

69720

courses d’attelages, image empruntée

Je vous fait grâce de la comtoise; quant à notre fondue, elle est qualifiée de jurassienne…vous avez de la chance.

La région d’aujourd’hui correspond sensiblement à la Franche Comté historique. La nomination Franche Comté apparait vers les années 1478, se substituant à l’appellation Comté de Bourgogne (certains historiens proposent une date plus ancienne).En effet à l’époque, le puissant état bourguignon était composé du Duché de Bourgogne (capitale Dijon) et du Comté de Bourgogne (capitale Dole). A sa tête règne donc un duc-comte, ennemi héréditaire du royaume de France.

Tout va bien quand l’unification des 2 contrées existe. Mais entre 1477 et 1493, tout va mal et les ducs de Bourgogne échouent à plusieurs reprises dans leur tentative de réunification du duché et de la comté. Et en 1493, après de nombreux désordres, le Duché de Bourgogne sera donné à la France; alors que la Comté reviendra à la maison des Habsbourg .

Charles Quint en sera le souverain le plus connu: 40 ans de règne; Archiduc d’Autriche, Prince des Espagnes (Aragon et Castille), souverain de l’état bourguignon ( Pays bas et Franche Comté), Roi de Naples et Sicile, élu Empereur du Saint Empire Romain Germanique, il annexe le pays milanais et est alors le souverain le plus puissant d’Europe. Elevé à la cour de Bourgogne à Bruxelles, sa langue natale sera le français. Quand il dort à Madrid, il est à 1500 kms de Besançon.

Sous le règne de Charles Quint (1515-1555), la Comté connaitra une période prospère: de nombreux privilèges ainsi qu’une gestion autonome lui seront accordées. Les princes Habsbourg montreront un certain respect vis à vis de la Comté. De nombreux comtois seront nommés par  le souverain à des postes-clés, ambassadeurs, administrateurs ..etc.

l'Empire de Charles Quint

l’Empire de Charles Quint: l’Espagne, royaume de Naples, le Milanais, la Comté, les Flandres, l’Autriche et  Tyrol  etc,  impressionnant!! le royaume français était cerné par les terres des Habsbourg

De 1493 à 1598, les souverains de la Comté seront aussi les maîtres en Espagne; ce qui laissera entendre une éventuelle  occupation espagnole créant même l’appellation de  » Franche Comté Espagnole ». Est-ce-que ce fut le cas? Les avis sont partagés. Certains estiment que l’administration de la FC était faite depuis les Flandres…elles aussi espagnoles….On peut imaginer que l’on n’a jamais entendu parler espagnol ni manger de la paella dans ces années-la en Franche Comté; laissons les experts universitaires en discuter.

Suivront des périodes assez troubles:  guerres, alliances, traités de paix non respectés, trahisons seront courantes dans le cadre d’une politique expansionniste…L’Humanité est longue à s’installer. Il m’est difficile de passer sous silence « la guerre de 10 ans ».

L’effroyable « guerre de 10 ans » (1636-1643 soit 7 ans, en fait le prolongement en FC d’un conflit plus long au niveau européen) : son souvenir fait trembler encore dans les chaumières et pour cause…En 1635, le Royaume François (celui de Louis XIII et Richelieu), une fois de plus, convoite la FC; en 1636, 3 armées attaquent le pays dont celle du cruel duc de Saxe-Weimar et ses suédois (12000 fantassins et 6000 cavaliers). Ces suédois qui composaient une partie des troupes étaient des mercenaires de tous horizons, surtout allemands ou français, mais avant tout de la racaille: cette troupe pillera sous la direction de son chef, brulera, tuera, commettra les pires horreurs. Et 1639-1640 seront des année terribles, le pays connaitra la famine ( destruction des troupeaux et des récoltes), le cannibalisme , la peste et le cholera…; les places fortes tomberont les unes après les autres ( Morteau, Pontarlier, le Fort de Joux, Nozeroy…) , les villages seront incendiés et les habitants poussés dans les flammes . Puis ce sera le tour de la haute montagne (Saint Claude…). Une partie de la population choisira de partir en exil.

Du côté comtois, la résistance s’organise: Claude Prost, natif de Longchaumois, encore appelé capitaine Lacuzon , deviendra le héros régional et sera le symbole de la résistance contre les Français; à la tête de troupes de partisans, spécialiste du raid-commando avant l’heure, il ne sera pas en reste et semera la contre-terreur. C’est ça la guerre, ce n’est pas terrible. La France ne lui tiendra pas rigueur car nombreuses sont les rues, les maisons , les hotels qui portent son nom, aujourd’hui….

à Longchaumois

Longchaumois, ici est né  Lacuzon en 1607, fils de paysan, il deviendra artisan à Saint Claude et décedera en exil à Milan en 1681.

En 1667, le Royaume de France (celui de Louis XIV et du prince Conde) finira par avoir le dessus face à une Comté affaiblie, démobilisée, désargentée. La guerre laissera La Comté exsangue, l’agriculture et l’economie locale démises, la population décimée: on estime que 2/3 des comtois sont morts au cours de cette guerre. Il persistera longtemps un  fort sentiment anti-français et un regret de la période dorée hispano-autrichienne. Les partisans les plus farouches-dont Lacuzon- s’exileront, ils avaient tout intérêt. D’autres, à leur mort, demanderont d’être enterrés face contre terre pour ne pas voir briller le soleil français- c’ est ce que l’on raconte- mais ça me plait assez.

fond azur, lion  couronné doré, extrémités rouges

le blason de la Comté: fond azur, lion couronné doré, extrémités et langue rouges

Enfin, au traité de Nimegues en 1678, la Franche Comté est définitivement rattachée au royaume de France; voila d’où vient la Franche Comté…. c’était long mais il fallait bien le préciser. Cela pourrait expliquer la rudesse et une certaine fierté du pays dont la devise demeure « Comtois, rends toi…Nenni, ma foi ».

la borne au lion au loin, le Chalam

la borne au lion
au loin, le Chalam

En randonnant, on peut encore croiser des bornes frontières fichées au sol délimitant  la terre des Français de celle des Habsbourg;  « la borne au lion » est la plus connue: elle porte d’un côté le lys français, de l’autre le lion austro- hispanique. C’est émouvant quand on y pense, elles sont là depuis 1613; l’ endroit est superbe, voisin du Crêt de Chalam-belle ascension encore- je vous le conseille. Pas très loin, un sentier porte encore le nom de « chemin des Espagnols », il menait vers la Savoie…

A lire:  » le médecin des pauvres » de Xavier de Montepin, un récit très romancé de la vie de Lacuzon et de la résistance comtoise face aux Français, la vérité historique n’est pas respectée mais un vrai roman d’aventures malgré tout.

Que faire dans ce JURA?

Les paysages, les sites naturels  sont les occupations principales.

Sur la haute chaîne, j’ai un faible pour le « balcon du Leman », nom donné au GR qui contourne en surplomb le Leman depuis les environs de la Cure jusqu’à Saint Gingolph. La section jurassienne va jusqu’à Bellegarde sur Valserine: suivre les sommets depuis le col de la Faucille jusqu’au Cret d’Eau est un régal par le Montrond, le Colomby, le Reculet pour en citer certains. Ou encore faire l’ascension depuis la valserine vers les sommets Monthoisey, Cret de la Neige ou Reculet procure quelques jolis dénivelés.

Allez, une bonne rando, celle des  »32 contours » en direction du Reculet: pour le départ se garer à 2kms sud de Lelex (Valserine) coté droit sur un nouveau P et traverser la route pour trouver le point de départ (à 885 m), indiqué par un panneau explicatif. Apres avoir traversé des bois sombres et pentus de hêtres et épicéas par un ancien chemin de douaniers, on sort des bois pour atteindre les estives et un petit refuge (derrière Thoiry), on aperçoit au loin la croix du Reculet (alt 1719m) soit 2h environ et 840 m de dénivelé.

derrière Thoiry, au loin le cret de Chalam

la cabane de  »derrière Thoiry », en contrebas la vallée de la Valserine

Vue exceptionnelle: massif du Mt Blanc et Leman, Crets de Chalam et de la Neige, vallée du Rhone etc…

le Reculet et sa croix, partis avec le soleil, nous trouvons les nuages au sommet, cést dimanche, il y a du monde

le Reculet et sa croix, partis avec le soleil, nous trouverons les nuages au sommet, c’est dimanche, il y a  un peu de monde

vers le sud depuis le Reculet

La chaîne, vers le sud et Menthière depuis le Reculet

Si on est en jambes, on peut poursuivre vers la Croisée, côté gexois, en longeant la falaise de Dardenant, soit 500m de dénivelé en descente caillouteuse pas facile.

falaise  calcaire de Dardenant

falaise calcaire de Dardenant

paysage formé par l'érosion et le travail des glaciers

paysage formé par l’érosion et le travail des glaciers

A la Croisée, remontée par un chemin pentu et raide jusqu’à 1680m vers les sommets et retour par le même sentier douanier jusqu’au P, compter 6 heures de marche.

troupeau au sommet

troupeau au sommet

Prévoir sac à dos, chaussures de montagne, bâtons, vêtements chauds ( le temps change vite),  un bon casse-croûte et goûter, une bonne ration d’eau…

Variante, le Reculet depuis la Rivière, pas mal non plus…

Plus au nord, le joli sommet de la Dole, compter une heure d’ascencion depuis le Cuvaloup.

sommet vers la Dole, en arrière ''le Poele à Chaud

sommet vers la Dole, en arrière  »le Poele à Chaud »

Les alentours du col de la Givrine proposent plusieurs points de départ pour des randonnées plus familiales, difficulté moyenne. Quoique…

l'Arzière

la Croue

le Cret des Danses, sommet suisse dominant Les Rousses

le Crêt des Danses, sommet suisse dominant le lac Les Rousses, un bel endroit encore

Un lieu étonnant, le nom aussi:  »le Creux du Crou ».

le creux du Crou

le creux du Crou, tourbière et élevage de moutons, j’y verrais bien une scène de western

Un peu plus loin, le Mont Tendre depuis le Marchairuz et la Dent de Vaulion depuis le Pont sont de belles destinations. Ici, nous sommes toujours en Suisse.

au pied de la ''Dent de Vaulion''

au pied de la  »Dent de Vaulion »

Les environs de la ville de Saint Claude, bâtie dans un fond de vallée  et cernée de sommets, offrent quelques raidillons à gravir et la découverte de jolies cascades.

Le Mont Bayard depuis Chaumont, le Fresnois, le Crêt Pourri depuis Vaucluse vous mettront en jambes. Sans oublier le parcours des gorges de l’Abyme et la cascade des Combes.

Allez, une autre rando pour marcheur aguerri: le tour du Flumen. Le Flumen est une courte rivière qui a entaillé le calcaire (cluse du Flumen) pour se jeter dans le Tacon et rejoindre Saint Claude. Alimenté par des eaux infiltrée depuis le plateaux des Hautes Combes et les pertes du lac de Lamoura, ce cours d’eau prend naissance vers le virage des Moulins et fait 4 kms de long.

Prendre les lacets de Septmoncel et se garer dans le virage des Moulins, près d’une fontaine et le ruisseau. Partir bien équipé, batons, bonnes chaussures, alimentation et eau copieuse, surtout l’été.

Passer le petit pont et grimper à travers bois vers la Cernaise, à la Cernaise ( à voir plissement en champignon et dépôt de moraines, à entendre un écho) , partir à droite vers le belvédère de la Roche Blanche, point de vue sur l’anticlinal des Gres en face. Longer la falaise jusqu’au bois et la ligne à Haute Tension, descendre le sentier caillouteux et raide jusqu’au Flumen.

anticlinal ''sur les gres''creusé par le Flumen

anticlinal  »sur les gres »creusé par le Flumen, à gauche Saint Claude, en haut à droite Septmoncel

Remonter à droite le chemin et le sentier jusqu’aux cascades, revenir en arrière pour traverser la rivière et rejoindre la route.

cascade du Flumen

cascade du Flumen et son écrin de verdure

Sur la route ,  suivre la D 436 sur la gauche direction Montbrillant en passant le tunnel, puis à droite prendre le sentier des Moines jusqu’aux environs de Septmoncel, joindre  »sur les Gres » et sa végétation méditerranéenne, poursuivre vers  »le chapeau du Gendarme ». Traverser la route vers la rivière en descendant puis dernière remontée vers  »les Moulins » et la voiture.

chapeau du gendarme

chapeau du gendarme, dans tous les livres de Geo dans les années 60.

Bien indiquée sur la carte IGN, rando flechée jaune sur le terrain. Compter 6 heures de marche. A l’arrivée, en général, on est cuit

Restons autour de Saint Claude: jolie ballade à faire en direction de la cascade de la Queue de Cheval et du ruisseau du Gros Dard-nombreuses marmites, toboggans et chutes d’eau- parcours prisé pour le canyoning. Départ depuis le village et la petite église de Chaumont.

une des cascades de la "Queue de cheval", en fait il  y en a deux

une des cascades de la « Queue de cheval », en fait il y en a deux

touristes, vasque de la cascade Queue de Cheval

Flamands roses ??non…touristes faisant halte dans la vasque de la cascade Queue de Cheval

Bon, le « Gros Dard » prète à rire mais il existe, je l’ai rencontré…

marmite sur le "Gros Dard"

marmite sur le cours du « Gros Dard »

Jolies promenades encore du côté de Bellefontaine.

lac des Mortes vers Bellefontaine et Chapelle des Bois

lacs des Mortes et de Bellefontaine vers Bellefontaine et Chapelle des Bois depuis la Roche Gaillard

jolies promenades aussi en moyenne montagne: la rando des 4 lacs ou celle du Pic de l’Aigle.

Vers Lons le Saunier: la reculée de Baume les Messieurs, ou le tour de Chateau-Chalon.

Maintenant, je vais défendre un peu mon quartier, donc autour de Longchaumois: le Mont Fier (un synclinal perché à 1282 m ), le belvédère des Repentys, le pont de Longchaumois par les monts de Bienne, la grotte des Sarrasins , la cascade de la Pissevieille, la Combe Sambine, le belvedère de la Corbeille avec un petit faible pour le rocher du Tiavy….Sur Lamoura, je mentionne la promenade de la grotte de Célary…allez, photos.

l'ail des ours vers les Monts de Bienne, bon ingrédient pour la cuisine

le printanier ail des ours vers les Monts de Bienne, bon ingrédient pour la cuisine

la Bienne, ça a un petit air de Montana

la Bienne, ça a un petit air de Montana, parfois j’y vois des Cheyennes galopants dans le lit de la rivière mais il faut être là au bon moment

gorges de Bienne

gorges de Bienne

la vasque de la Pissevieille complètement à sec

la vasque de la Pissevieille complètement à sec

le Tiavy

le Tiavy, vue sur Premanon, la Montagne des Tuffes et le massif de la Dole

Les cascades du Hérisson serait le site naturel comtois le plus visité, il s’agit d’une succession de cascades, chutes et sauts que l’on peut suivre grâce à un chemin de randonnée de 8 kms AR qui connait un succès renforcé depuis son évocation sur une émission de TV bien connue.

La rivière  du Hérisson est alimentée par les eaux des lacs voisins, Ilay et Bonlieu et dévale dans des gorges à partir du saut Girard sur 3,5 kms avec un dénivelé de 300m; le chemin de rando longe la rivière au plus près, parcours glissant avec risque de chute donc prudence et bonnes chaussures recommandées.

le saut Girard

le saut Girard

le saut de la Forge

le saut de la Forge, 15 m de haut

le gour bleu

le gour bleu, ce jour- là , il y avait du monde, beaucoup d’étrangers

l'éventail

l’éventail, une chute de 65 m, la dernière; puis la rivière pénètre dans une vallée plus paisible

Il est clair que les sites naturels monopolisent l’intérêt;  et les monuments? ils sont moins nombreux, les châteaux ainsi sont assez rares: citons les Citadelles de Belfort et de Besançon, le château de Joux…

L’exceptionnelle Saline Royale d’Arc et Senans dans le Doubs serait et de loin, le monument comtois le plus visité. Elle est l’oeuvre de l’architecte visionnaire – il révait d’une ville idéale – Claude Nicolas Ledoux, sur décision du roi Louis XV: première pierre posée en 1775, première extraction de sel en 1779, arrêt de l’exploitation en 1895 pour cause de non-rentabilité…La saumure venait du jura voisin par aqueduc depuis Salins les Bains.

Personnellement, j’ai un petit faible pour les salines de Salins les Bains, moins cotées, mais visite détendue, quoique les entrées ont été dopées depuis sa reconnaissance par L’UNESCO.

Un faible aussi pour l’église du XI siècle de Saint Hymethiere près d’Arinthod; à signaler les arcades des villes comtoises: Lons le Saulnier, Arbois et …de Louhans, de loin les plus belles.

église romane, image empruntée

église romane, image empruntée

UNE ESCAPADE VERS LE NORD

En passant par Mouthe et la source du Doubs, on rejoint Malbuisson et son lac, appellé encore lac de Saint Point, un bel endroit, à ne pas manquer.

ici, Port Titi sur le lac. Titi était un célèbre pêcheur.

ici, Port Titi sur le lac de Malbuisson. Titi était un célèbre pêcheur.

Depuis Pontarlier, on peut rejoindre la vallée de la Loue et faire de belles visites.

En premier lieu, la source de la Loue.

la source de la Loue

la source de la Loue et sa falaise calcaire

En suivant les gorges de la Loue, on atteint le village d’Ornans, pays de Courbet.

Ornans et les bords de la Loue

Ornans et les bords de la Loue

Un arrêt à Besancon est obligatoire pour jeter un oeil sur l’imposante citadelle type Vauban, souvent en restauration. Quand les travaux seront finis, l’ensemble sera superbe.

entrée de la citadelle

entrée de la citadelle, arc de triomphe romain (vers 178) nommée encore porte noire

travaux dans la citadelle

travaux dans la citadelle, original le panneau

P1020699

remparts de Besancon

remparts de Besancon posés sur une falaise de 100m de haut

Dans le centre ville, ne pas louper le palais de la famille Granvelle, importante famille gestionnaire de la région sous l’administration des princes Habsbourg.

palais en ville

palais renaissance Granvelle en ville

On peut pousser jusqu’à Montbéliard, capitale de l’automobile et visiter la citadelle allémanique. Montbeliard devint une principauté germanique sous la gestion des ducs de Wurtemberg.

citadelle de Montbéliard

citadelle de Montbéliard

UN PETIT TOUR SUR LES BORDS DU LEMAN

Depuis La Cure, on peut passer la frontière suisse direction Saint Cergue; du côté de la Givrine, nous adorons les premiers petits chalets aux volets colorés , les nains de jardin et le drapeau suisse flottant sur les toits. Le ton est donné: nous sommes en Suisse.

la désalpe à Saint Cergue

la désalpe à Saint Cergue

Nous avons un penchant pour la ville de Nyon sur les bords du Leman, nous aimons y flaner: le chateau, sa place, son parc, promenade des remparts; promenade encore le long des rives, pleins de petits restos et bars avec vue sur le lac.

le chateau de Rolle

le chateau de Rolle

Un peu plus loin, nous apprécions Rolle, son chateau, sa rue principale et…sa pâtisserie.

Si on est courageux, on peut pousser une pointe jusqu’à Lausanne et même jeter un oeil sur le vignoble du Lavaud, c’est fabuleux…mais alors on s’ éloigne du Jura.

la corniche du Lavaud

la corniche du Lavaud

Sur le chemin du retour, on peut longer le jura suisse par les villages viticoles, la vigne ne manque pas.

QUE FAIRE ENCORE?    LES MUSEES

Quelques musées: celui de la Lunettes à Morez de facture moderne et en plein centre-ville, le musée du Jouet à Moirans- on y passe un bon moment, retour vers l’enfance assuré-. Le musée de la Boissellerie à Bois d’Amont est installée dans une scierie sur le cours de l’Orb, visite sans prétention et très sympa (B d’Amont, ex-capitale de la fabrication de boisseau et autres boites de fromage). L’écomusée la maison Michaud (ferme avec tuyé du XVII siècle) à la Combe des Cives vers la Chapelle des Bois retrace le mode de vie des comtois dans un milieu rude. La fromagerie-musée des Moussières retrace la fabrication du  Bleu de Gex et sa réhabilitation…

L’étonnante Maison du Peuple à Saint Claude qui retrace le passé ouvrier coopératif de la ville: en 1870, a lieu la création d’un cercle ouvrier qui lance une coopérative alimentaire, ainsi démarre une fabuleuse aventure; sous l’impulsion du socialiste local Henri Ponard est bâtie en 1908  »la maison du peuple » rue de la Poyat.

Tenez-vous bien: la coopérative alimentaire se charge de la production alimentaire, boulangerie, boucherie, charcuterie… mais aussi une activité commerciale: une épicerie, une cave à fromage et à vin, un café-restaurant … une activité culturelle: une imprimerie, une bibliothèque…sportive: gymnase; on y trouve encore les syndicats, la bourse du travail, la mutualité… extraordinaire, non ?

Malheureusement, les temps changent, les ateliers ferment, le monde ouvier se rétrécit, la vie coopérative chancelle et la maison du peuple connait des moments difficiles.

En 1984, une association » la Fraternelle » ( la fraternelle, ça ne s’invente pas) reprend le flambeau utopique dans une vision culturelle: exposition, concert, cinéma etc…j’adore cet endroit, le bistrot, la grande baie vitrée par laquelle on aperçoit la ville, les faubourgs en contrebas le long de la Bienne et tous ces ateliers qui ont fermé. De gros efforts sont faits pour restaurer les lieux.

Il est assez aisé de visiter des ateliers, preuve d’un savoir-faire traditionnel, démonstration à la clef:  les pipes Genod à Saint Claude, l’atelier-boutique d’artisanat sur corne et os au Lizon/Lavans (famille René Michaud et fils), l’étonnant atelier de tournerie sur bois de Bernard Lorge à Lect, le magnifique travail  de la maison Lepine et fils sur Saint Lupicin ( stylos et montres haut de gamme), la Fonderie artisanale de cloches  en bronze Obertino dans le Doubs …etc…

les cloches Obertino

les cloches Obertino

Je garde pour la fin, la Maison de la Faune et de la Flore, et du Mètre à Longchaumois.

A visiter aussi les jolies cités comtoises: Arbois, le village médiéval de Nozeroi, Chateau-Chalon, Baumes-les-Messieurs, Arlay et son chateau, Ornans le village de Courbet, Arinthod…

le village d'Ornans sur la Loue

le village d’Ornans sur la Loue

En se promenant, on peut rencontrer de drôles de bestioles.

Hormis le comtois, on peut croiser aisément la montbéliarde, la race bovine (avec la simmental) seule habilitée à la production du lait pour le fromage; cette vache, docile, relativement rustique, productrice d’un lait de grande qualité à partir du simple fourrage ( mais quel fourrage !!) connait un fort engouement: elle est exportée dans le monde entier, et même récemment vers la Mongolie…c’ est ainsi que la Montbèliarde est un exemple de la « France qui gagne ».

La suppression des quotas et l’ augmentation du prix du lait fromager (0,45/l)  a redonné le sourire aux producteurs attirant ainsi de nouveaux candidats dans ce secteur . Il y a de quoi…. un cheptel de 50 bêtes donnant 25 l/jour à 0,42€ le litre, je vous laisse faire le calcul des recettes.

groupe de montbéliardes

groupe de montbéliardes

Vous croiserez aussi le grand Corbeau, celui qui vole sur le dos; de nature méfiante, le plus grand des passereaux européens ne se laisse pas facilement approché. Considéré comme un oiseau intelligent et habile, il a une vie sociale élaborée et présente une palette de cris très variés, un langage propre en sorte…il est capable d’acrobaties aériennes complexes et même …de voler sur le dos (grâce à une articulation des ailes particulières). Comment reconnaître cet oiseau de mauvais augure ( longtemps considéré comme tel )? Il a les ailes digitées et la queue en forme de losange…Facile!!

Les deux animaux mythiques du Jura, le Lynx et le grand Tétras, ne sont pas faciles à rencontrer et nombreux sont les jurassiens qui rêvent de les apercevoir….Le lynx a été réintroduit dans le Jura suisse dans les années 1971-76 , de là il s’est naturellement déplacé vers le Jura français. A ce jour, on y compte plus d’une centaine d’individus…

Faites attention au loup, ce dernier a fait plusieurs incursions dans le pays ces dernières années et en 2013, de nombreux incidents avec les troupeaux font croire à son retour.

La Franche Comté est aussi un pays de gourmandise.

VINS, FROMAGES  ETC

La région connait quatre appellations controlées bien connues: le Comté, le Morbier, le Vacherin du Mont d’or et moins répandu le Bleu de Gex (nommé encore Bleu de Septmoncel).

Le comté (venant en 6eme position dans la consommation française) et le morbier – le fromage au trait noir – sont fabriqués dans des petites unités traditionnelles nommées fruitières. Le Mont d’or, fabriqué en saison hivernale est le fromage des fêtes de fin d’année par excellence. Le bleu de Gex a eu l’appellation la plus ancienne et reste le fromage du jura le moins connu.

A signaler d’autres excellents fromages régionaux, sans tous les citer: la cancoillote, la raclette, la tome de montagne, le mousseron …  et un petit dernier que j’aime bien  »le serrat ».

Les fromages sont élevés par des affineurs et leurs personnels qualifiés; Poligny étant considéré comme capitale du Comté en ce qui concerne l’affinage.

Quelques grands affineurs: Jacquemin, Arnaud, Juraflore….

 

Publié dans Non classé | 7 commentaires

Le LOT en quelques jours: cela vous tente…

Il s’agit en fait du Lot nord autour de la vallée de la Dordogne sur 3-4 jours.

1er jour: rando et casse-croute. Laisser la voiture à Siran au dessus de la cascade, puis départ en milieu de matinée depuis Siran en direction du gouffre de Padirac par chemin fléché en jaune (5 kms).

gouffre de Padirac

la queue au gouffre de Padirac: qui a dit que les français etaient moroses?

La queue devant la billeterie nous a dissuadés de visiter le gouffre; au gouffre prendre direction Loubressac pour amorcer le retour (6kms); sur Loubressac, profiter de la vue sur la vallée de la Dordogne, le château de Castelnau etc; visiter le beau village de France ( belles demeures) avant de continuer vers Autoire.

Loubressac

Loubressac

Loubressac encore

Loubressac encore

la descente vers le village d’Autoire est pentue et un peu difficile; à Autoire, visiter le très beau village, nombreuses belles demeures – manoirs, gentilhommières et autres pigeonniers quercynois – dont le château de Limargue et celui de Busqueilles; admirer les falaises du cirque creusé par la Bave. Découvrir le logis Auberge de la Fontaine et les vins choisis par Aveline Blanchard.

toitures à Autoire

toitures à Autoire

puis reprendre le chemin vers Siran en longeant à mi-falaises le cirque d’Autoire. A Siran, profiter du belvédère pour jeter un oeil sur la cascade de 33 mètres. Possibilité de descendre au pont pour admirer la chute de plus près.

sous la falaise

sous la falaise

Variante: possibilité d’éviter la descente sur Autoire en longeant le sommet de la falaise en direction de Siran. C’est plus court.

Compter 16 kms et 5 heures environ: bonnes chaussures recommandées ainsi que boisson, chapeau, protection solaire par beau temps.

En soirée, possibilité de se promener à Saint Céré.

2eme jour: rando sur la Cere et pic-nic . Se rendre à Laval de Cère et se garer devant la mairie  ( panneau des randonnées) puis départ vers 11h pour la très jolie ballade des  »cascades perdues », rando  N°12 pour 14 kms et 3 heures et demi environ; d’abord grimper jusqu’au chateau de Laborie, traverser de vieux hameaux aux toits d’ardoises.

chateau de Laborie

chateau de Laborie

Puis découvrir des ruisseaux et cascades et finir en longeant pour le retour le plan d’eau du barrage.

ruisseau et cascade

ruisseau et cascade

Si il vous reste des forces, tenter un petit détour en voiture vers le village de Beaulieu sur Dordogne, cela vaut de s’y attarder.

eglise de Beaulieu

eglise de Beaulieu

les rives de la Dordogne

les rives de la Dordogne

3eme jour: rando improvisée avec la carte IGN. Départ depuis Siran en direction du village d’Autoire après un coup d’oeil sur le chateau des Anglais (ses abords sont dangereux car risque de chute de pierres).

le chateau des Anglais

le chateau des Anglais, restauration prévue

le long des falaises

le long des falaises

A Autoire, à partir de la fontaine prendre le chemin de rando vers Presque; sur le causse, improviser avec une carte IGN pour revenir vers la cascade ( belvédère) ( bois de Presque, Phebus, Patraque, champ de Pons, Repialou, pech Rimat, Manaul, cascade…par ex ); puis remonter vers Siran.

Si il vous reste du temps, poussez jusqu’ à Carennac en voiture pour visiter un des beaux villages de France, un de plus….

toitures de Carennac

toitures de Carennac

Si vous disposez de plus de temps, tentez une promenade autour du chateau de Castelnau et visitez celui-ci, attardez vous dans la bastide de Bretenoux toute proche.

chateau de Castelnau

chateau de Castelnau

ou encore poussez une pointe en Corrèze pour découvrir l’étonnant village de Curemonte, son chateau, ses manoirs, son église; faites connaissance avec les vins de Corrèze.

village de Curemonte

village de Curemonte

Un endroit qui produit de la fraise, des asperges, du fromage de chèvre, de la noix, du canard, du vin est obligatoirement un bon endroit…il me semble.

Dans le Lot proche de Saint-Céret, les coteaux de Glanes produisent sur 37 ha des vins rouges, rosés et blanc intéressants qui ne peut laisser indifférent. Laisser vous surprendre par la cuvée  »fondateurs » 100% merlot.

En Corrèze, le territoire voisin de Queyssac les vignes produit un étonnant  »Vin Paillé » obtenu à partir de raisins passerillés pressés (au bout de 45 jrs) puis passés en tonneaux 2 ans et mis en bouteilles de 50cl. Un nectar confidentiel ( 14 000 bouteilles only), nommé encore miel des muses, à boire en apéritif, ou sur le foie gras ou les gâteaux noix et chocolat. Compter 17-20€.

Juste plus au nord , le territoire de Branceilles propose  vin rouge et rosé  » le mille et une pierres », curieux non? Le cabernet-merlot passé en fut risque de vous étonner.  P1020253P1020268

suivez la fleche

suivez la fleche

Allez, quelques adresses

pour le vin de Branceilles: http://www.vindebranceilles.com

tout sur le vin paillé: http://www.vin-paillé-corrèze.com

et les coteaux de Glanes: http://www.coteauxdeglanes.fr

et pour dormir au chateau: http://www.lechateaudebusqueilles.com

dormir au chateau si ça vous tente

dormir au chateau si ça vous tente

Nos provinces françaises sont belles quand même, surtout sous le soleil.

Le LOT, nous y sommes revenus pour quelques jours en 2015, en septembre cette fois-ci, toujours aussi beau. Et toujours sous le soleil. Nous en profiterons pour faire de belles randos autour de Gintrac, Carennac, Flesles…

Ici, le chateau de taillefer.

Ici, le chateau de Taillefer.

Carennac, un des plus beaux villages de France. Avec de petits restos sympas.

restaurant de tapas etc, ici pas de canard gras au menu...

La Bodegua, restaurant de tapas etc, ici pas de canard gras au menu…

Toujours de belles demeures à Autoire.

belle demeure sur Autoire

belle demeure sur Autoire

Autoire toujours.

Autoire toujours.

Les vins selectionnés par Aveline  Blanchard sont toujours disponibles.

Autoire: jolie sélection de vins.

Autoire: sympathique sélection de vins.

Au cours d’une randonnée, possibilité de faire de jolies images.

septembre et les moutons cherchent l'ombre.

septembre et les moutons cherchent l’ombre.

hameau typique

La pierre ne manque pas à Puy del  Claud, hameau typique quercynois.

Nous ferons la découverte du petit village de Gluges, bati dans la falaise de la Dordogne, omniprésente dans cette vallée.

Gluges et sa falaise.

Gluges et sa falaise.

Chapelle troglodytique dans le cimetière de gluges...

Chapelle troglodytique dans le cimetière de gluges…

chapelle aux sculptures étonnantes.

chapelle aux sculptures étonnantes.

Sur le chemin du retour, MARTEL mérite une visite et attire du monde.

la place principale de Martel.

la place principale de Martel.

vieilles rues à Martel.

vieilles rues à Martel.

Laissez-vous tentez par ces lieux.

Publié dans Non classé | 2 commentaires

Si tu vas à Rio: Mars 2013

Le voyage avait mal commencé: le taxi commandé pour 5h 15 du matin n’a pas respecté le RV. Il a fallu réveiller la famille pour nous conduire à l’aéroport, enfin nous serons à l’heure.

Correspondance à Porto, puis grand départ pour Rio à 11 h, par A330 de la TAP, arrivée à la fin du jour 18h 25, soit 11h 30 de vol. L’avion n’était pas rempli. 31 degrés quand nous posons les pieds sur le sol de la 6eme puissance mondiale.

Nous faisons connaissance avec notre logement au 54, rue Bolivar sur Copacabana, à deux pas de la plage. Quartier animé donc bruyant, circulation et bars. En soirée, premier repas en famille sur l’avenue Atlantica face à la mer.  »Bienvenue à Rio, la ville où l’on vit derrière les barreaux » me souhaite une connaissance.

au pied de notre immeuble,notre marchand ambulant: mangue, papaye, banane...

Au pied de notre immeuble,notre marchand ambulant et sympa: mangue, papaye, banane…

les barreaux de Rio

Effectivement, il y a des barreaux  à Rio.

Le lendemain, après une  prise de contact du quartier , nous partons pour le Corcovado et le christo rédentor à 710 m d’alt.D’ abord 2 heures d’attente au petit train, nous ne sommes pas  tout seuls . C’est le site le plus apprécié de Rio: 2 millions de visiteurs.

la gare du petit train

La gare du petit train.

en attente du petit train

En attente du petit train.

le petit train au départ

El trem do corcovado, le petit train au départ.

vue sur le pain de sucre

Vue sur le pain de sucre et la baie de Rio

ipanema devant le lagoa

Ipanema devant le lagoa de Freites.

beaucoup de soleil sur le christ

Beaucoup de soleil sur le christ.

Puis petit tour dans la ville en voiture: Leme, Flamengo, Botafogo, Centro….

Le jour suivant est consacré à la plage: baignade et promenade sur la plage de Copacabana, le soleil tape fort. Nous regardons passer les cariocas, les habitants de Rio. Les plages de Rio sont très longues et particulièrement larges, près de 5kms pour celle de Copacabana.

copacabana à 7h 30

Copacabana à 7h 30 , le meilleur moment, avant la foule.

en suivant le bunda

En suivant le bunda ou bundinh, ici on aime montrer les fesses.

Ici, c’est le culte du corps, du soleil et du sport: tout le monde court et se fait bronzer pour ne pas dire brûler. Le premier contact avec la beauté brésileira est un peu décevant: cellulite, bourrelets, bedaines en quantité (que la cellulite m’excuse); comme le ridicule ne tue pas, et qu’on ne craint pas le jugement d’autrui, le spectacle est permanent, c’est du régal pour une étude des moeurs.

copacabana vers11h, attention courant

Copacabana vers 11h, attention courants dangereux, au loin le pain de sucre.

P1010791

Il faut attendre le WE, les plus belles garottas seront alors de sortie, parait-il!!

Dans l’après-midi, nous poussons une pointe jusqu’au jardin botanique, compter 17-20 reals pour le taxi soit moins de 7e50. Pas mal de circulation. Le parc est intéressant sans plus.

En soirée, gros orage et éclairs, pluie diluvienne tropicale…

jardim botanicó

Jardim botanicó,  nous y croiserons les macaques.

Le jour d’après nous conduit à pied vers Ipanema et sa plage; beaucoup de vagues, les drapeaux rouges sont de de sortie. A midi, repas dans un resto de rue, copieux et bon marché sur NS (av nostra senhora de Copacabana).

Ipanema y Leblon à 8h

Ipanema y Leblon à 8h, au loin les 2 frères.

girls of Ipanema

The girls of Ipanema.

Ipanema

boys of Ipanema

En soirée, nous filons vers Arcos de Lapa, le quartier des bars à musique et des noctambules; nous jetons un oeil sur le Scenarium, dans la rue piétonne do Lavradio, avant de revenir vers l’avenue  Mem de Sa , au Boteco de Garaffa où nous descendrons plusieurs verres de capirinha bien servis accompagnés de pastels et empanadas. Une bonne soirée.

le scénarium

Le scénarium.

capirinhas

Nos capirinhas.

Boteco

Au bar  »Boteco de garaffa ».

scenes de rue à Lapa

Scenes de rue à Lapa, animation assurée.

Le jeudi 7 est consacré à la visite du pao de açucar -395 m- atteint par 2 téléphériques successifs (fabriqués par nos amis suisses); pas trop de monde à 9h30: jolies vues sur la baie de Guanabara et les différents quartiers de la ville. Sympa.

la gare du Moro de Urca

La gare du Moro de Urca, point de départ pour le sommet.

arrivée au sommet

Vue du sommet sur Copacabana.

arrivée au terminus

Arrivée au terminus.

pain de sucre

Pain de sucre, en roche granitique.

le petit quartier d'Urca blotti au pied du pain de sucre

Le petit quartier d’Urca blotti au pied du pain de sucre et la baie de Guanabara.

Botafogo

La plage de Botafogo et le port de plaisance.

la praia merveilleuse

La praia vermelhosa (vermeille ).

scéances photos

Tiens, scéances photos.

scènes de rue

Scènes de rue, cette fille jongle au feu pour gagner un peu de monnaie.

Le vendredi est consacré à une sortie en groupe guidée vers la ville impériale de Petropolis à 85 kms au nord de Rio, dans une région montagneuse – 800m d’altitude. On se croirait en Autriche. Visite du palais d’été des empereurs Pierre I et II du Portugal. Meublé d’époque. C’est super la vie d’Empereur, cette famille encaisse encore 4 pour cent sur toutes les transactions immobilières faites dans la ville.

Palais impérial

Palais impérial et notre groupe.

Comment est-elle arrivée là cette famille impériale portugaise? La faute à Napoléon: celui-ci envahit le Portugal en 1807, forçant la famille impériale (la maison de Bragance) et la cour ( soit 15.000 personnes malgré tout) à l’exil vers sa colonie américaine. La capitale du nouvel empire est Rio. L’empereur Jean VI qui avait pris goût à la vie sous les tropiques, finit par revenir en Europe en 1821 pour régner sur le Portugal, laissant derrière lui son quatrième enfant Pierre né en 1798. La régence du Brésil est confié à ce dernier en 1822. Mais…. les Cortes portugues veulent mettre fin à l’autonomie brésilienne. Pedro do Brasil entre en résistance, proclame l’indépendance du pays et se fait couronner en octobre empereur sous le nom de Pedro I.

PEDRO II et sa famille

PEDRO II et sa famille

L’indépendance du Brésil est officiellement prononcée en 1825 par le Portugal qui n’a pas les moyens d’entrer en conflit avec sa colonie américaine. Bientôt, en 1831, Pedro I abdiquera au profit de son fils Pedro II, âgé de 5 ans. Ce dernier, une fois majeur, régnera une cinquantaine d’années et le pays connaîtra alors une certaine prospérité.

En 1899, les militaires et grands propriétaires, déja eux, mettront fin au régime impérial.

P1010896

ambiance montagnarde

Ambiance montagnarde.

hotel type bavarois

Un hotel de type bavarois.

Aujourd’hui, samedi, c’est le grand jour, celui du mariage; en fait, nous sommes là pour assister à une cérémonie. Il fait chaud et lourd, risque d’orage en fin de journée.  A 7h, nous faisons toute la plage de Copacabana; pas mal de détritus après le coup d’orage de l’autre jour. 35 à l’ombre déjà.

scènes de rue

Image de rue.

En début d’apres-midi,  nous poussons une pointe vers Ipanema et Leblon, mais c’est dur à pied sous le soleil; à mi-parcours nous rebroussons chemin après avoir bu un suco dans un des nombreux bars à jus de fruit de l’ endroit. Nous avons jeté un oeil aussi au célèbre bar  »la garotta de Ipanema » où de Moraes et Tom Jobim ont composé de nombreux succès dont  le fameux  »the girl of ipanema », mondialement connu .

café sur Ipanema

Café tropical sur Ipanema.

Nous avons un rendez-vous prévu à l’église dans le quartier de Centro  pour la cérémonie à 20h; nuages et éclairs dans le ciel.

l'église

L’église Sao josé, richement décorée et couverte de fleurs.

l'orgue, les musiciens, le chanteur...

A l ‘étage : l’orgue, les musiciens, le chanteur…

jeunes mariés

Nos jeunes mariés.

 

départ en limousine vers 21h, il pleut

Départ en limousine vers 21h, il pleut juste quelques gouttes.

la table des douceurs au Marriot

La table des douceurs au Marriot, chaque rose contient une sucrerie…

ouverture du bal

Ouverture du bal  au Marriott.

la batteria

La batteria donne de l’ambiance.

surprise reservée au français

Démonstration de danse.

Le jour de la feijoada est fixé le dimanche dans le quartier de Barra de Tijuca, le nouveau Rio, à 28 kms du centre ville vers l’ouest. La tenue est décontractée cette fois-ci et la fête continue.

le plat national, la fejoada

Le plat national, la feijoada.

riz, feijoa, viandes, crudités,couennes frites, choux braisés farofa,orange et piment voilà la vrai feijoada

riz, feijoa, viandes, crudités, couennes frites, choux braisés, farofa,orange et piment voilà ce qui fait la vrai feijoada. Délicieux.

bien sur de la musique

Bien sur de la musique, du pagode sans doute ?

Ainsi passent les jours,  jours après jours….La vie est vraiment trop dure.

bar à jus de fruit

Bar à jus de fruit frais, on en trouve partout.

Promenade sur les plages. Visite du quartier de Centro. Voila nos obligations.

doces finos de la célebre maison LOUZIEH

Doces finos de la célebre maison LOUZIEH.

église de Nuestra Senhora do Carmo da Antigua Sé, ouf! décorée de bois. En 1822, dom Pedro 1er y fut sacré empereur du Bresil.

Eglise de Nuestra Senhora do Carmo da Antigua Sé, ouf! couverte de bois richement décoré. En 1822, dom Pedro I y fut sacré empereur du Bresil.

façades de maisons antiques 1904, il n'existe pas de politique de protection des quartiers anciens, dommage!

Centro: façades de maisons antiques, années 1904, il n’existe pas de politique réelle de protection des quartiers anciens, dommage!

Au 10, rue Carioca, il y a un bar ancien, muito tipico.Nous avons aussi tenté le métro de Rio, efficace; nous avons rencontré un chauffeur de taxi fou qui se prenait pour Ayrton Senna, pendant la course nous avons fait de nombreux signes de croix…Beaucoup de grosses vagues sur Copa, une noyade a failli se produire sous nos yeux ( à 8h, les sauveteurs n’étaient pas encore installés) à 50m à peine du bord: le gars a eu la frayeur de sa vie.

le café Colombo fondé en 1889

Le café Colombo, bel établissement fondé en 1894.

cantonier bresilien: 4km de plage a la main et au rateau

Cantonnier brésilien: 4kms de plage à la main et au rateau vers 17h, étrange non!

Il fait chaud et lourd, nous souffrons de la chaleur, il est vrai que nous subissons plusieurs orages en fin de journée.

Sur Ipanema, avant notre départ, nous allons déjeuner à une churrasqueira ou churrascaira, une spécialité locale, avant de finir sur la plage; de nombreux colporteurs y circulent, toutes les 30 secondes on peut être interpellé: paréo, maillots, chapeaux, boissons, glaces etc.

Ah, la churrasquéira, parlons-en; il s’agit d’un établissement où l’on sert de la viande grillée mais à VOLONTE, toutes sortes de viande: saucisses, poulet, veau, porc, boeuf, autruche, dès abats aux morceaux les plus nobles. C’est une coutume venant du voisin argentin, gros producteur de viande, adoptée par le Bresil. La viande est présentée sur des espèces d’épées ou brochettes à même l’assiette du convive.

Un petit jeu va s’installer entre l’établissement et le convive: l’établissement va essayer de vous rassasier avant d’atteindre les morceaux les plus succulents, les plus coûteux; et vous, vous allez essayer d’éviter le gavage pour arriver à savourer les dits morceaux. A chacun d’adopter sa tactique.

En pratique, ça donne ceci: une fois entré dans la salle, on se trouve confronter à deux superbes buffets, un occidental et un japonais (sushi, sashami, poisson cru); sur la table est déjà servi des amuse-gueules (empanadas, pastels etc), du manioc frit, des chips….Il faut résister à toutes ces tentations et se réserver pour les viandes. Chaque convive dispose à sa place d’un carton rond, une face verte avec l’inscription SIM POR FAVOR, une face rouge avec l’inscription NAO, OBRIGADO. A manipuler en conséquence: vert, on est servi à volonté, rouge le service est arrêté.

Nous sommes douze convives à table et 6 garçons tournoient autour de la tablée; il faut tenter de garder son calme et essayer de déguster sereinement sinon…on cale. Je flanche pour des coeurs de volaille à l’ail et garde de la réserve pour le filet et la succulente picanha, le fin du fin. De toute façon, nous sortirons de là plombés, direction la plage.

un petit tour en cuisine et presentation de l' espeto

Un petit tour en cuisine et présentation de l’ espeto.

Le 14 mars, nous quittons Rio sous la pluie avec notre petite Fiat Novo Uno de location, il est presque 13h. Du coté de Campo Grande, la circulation devient difficile, tout est bloqué. Et les directions ne sont pas signalées. Nous connaissons un moment de désarroi, nous aurions bien abandonné notre auto et repris le premier vol pour l’Europe. Finalement après avoir suivi une jolie route côtière, arrivons vers 17h à notre hébergement apres Angra, une pousada en pleine nature au bord d’une rivière, beaucoup d’humidité . Pluie diluvienne pour faire un tour de la ville d’ Angra et pluies annoncées pour plusieurs jours. Glups!!

notre pousada vers Angra au bord de la rivière

Notre pousada vers Angra .

Demain visite de Paraty, classé auprès de l’UNESCO; visite d’une distillerie et achat de cachaça. Tel est le programme..

Paraty, c'est très beau

PARATY, c’est vraiment très beau sous le soleil revenu.

une petite pause

Une petite pause à l’ombre, sur unr place.

petite ville coloniale préservée à structure cohérente

C’ est une petite ville coloniale totalement préservée, à structure cohérente.

fer forgé, façade colorée, pavés irréguliers d'origine

Fer forgé, façade colorée, pavés irréguliers d’origine, et de nombreuses gargotes.

plat pour 2

Spécialités de poisson pour 2, servies copieusement en général – 50 reals = 20 e.

à marée haute, la mer envahit les rues

A marée haute, la mer envahit les rues, les trottoirs restent au sec.

étonnant!!

Etonnant!!

la vie continue

La vie continue malgré tout. Nous avons adoré ce village.

plage vers Trindade temps nuageux

Proche de Paraty, la plage vers Trindade: gros rochers et temps nuageux

Cachacas diverses. Paraty serait réputée pour sa fabrication

Cachacas diverses. Paraty serait réputée pour sa fabrication.

Puis le lendemain visite d’Ilha Grande, à une heure de catamaran au large d’Angra dos Reis. Surprise, surprise…la plage est envahie par les baigneurs d’une croisière Costa, enfin au bout d’une heure tout ce petit monde a réembarqué sur le beau navire.

arrivée sur Ilha Grande, la foret tropicale est impréssionnante

Arrivée sur Ilha Grande. La forêt tropicale est impréssionnante, sommet à près de 1000m.

ruelle de la capitale

Ruelle de la capitale, la petite ville d’Abraão.

plage tropicale

Plage tropicale.

Dimanche 17 Mars changement total de direction: nous reprenons la route vers le nord est de Rio, cette fois-ci, aux environs du Cabo Frio.

Là, il faut parler de la conduite et la circulation au Bresil; nous allons emprunter en grande partie des 4 voies. Stupeur, la quatre voies n’est pas isolée par des barrières grillagées; donc on est amené à croiser des animaux, des gens; autre stupeur, les piétons, cyclistes et autres charrettes tirées par un cheval semblent tolérées et souvent ils circulent à contre-sens du flot;  stupéfiant encore, les activités le long de la quatre voies semblent tolérées, donc on peut croiser des marchands de légumes, des magasins, des arrêts de bus…donc des bus ou des autos qui s’arrêtent sur la voie de droite pour aller en course. Le meilleur, quand il existe un muret de béton central séparant les voies, celui-ci est entaillé de temps à autre pour permettre à la population de se rendre d’ un quartier à l’autre  ( il ne manque que le passage clouté …) Ahurissant, nous étions peu rassurés et la prudence est de rigueur.

En outre, il est admis de doubler par la droite, de slalomer, de doubler sur la bande continue, de tourner à droite au feu rouge etc etc; en revanche, les routes sont équipées d’un maximum de radar avec verbalisation automatique et dans ces zones, les vitesses sont respectées: 40, 60, 80 km/h sur route en général, 120 sur autoroute. Le revêtement goudronné est tout à fait de qualité moyenne…

Au niveau des boissons alcoolisés,  l’alcoolémie c’est zéro gr, tolérance zéro, la « loi sèche », il parait que cela ne plaisante pas. Etonnant, encore une fois ?

Nous touchons Arrial do Cabo vers 16h. Enfin, il semble que nous allons trouver ce que nous cherchons depuis un moment: un hébergement sympa, fonctionnel et à prix doux, pas facile à dégoter depuis notre arrivée.  Un peu d’air enfin venant du large mais temps couvert et pluvieux: tout le monde tousse autour de nous. Sinon, plages immenses au sable fin comme de la farine, nombreuses îles au large. La capirinha est toujours bonne, heureusement.

la praia grande à 17h, 150kms de long, dit-on.

la praia grande à 17h, 150kms de long, dit-on. Le sable, ici, chante sous les pas

notre chambre donnant sur un jardin intérieur

Le Bicho do mar: notre chambre donnant sur un jardin intérieur, simple, fonctionnel, mignon, bon marché

notre chambre au Bicho

Notre chambre vue du jardin du Bicho.

le jardin

le jardin

notre vie quotidienne avec les tortues

Notre vie quotidienne avec les tortues.

Le lendemain, visite de la ville; promenade jusqu’à la praia d’al Forno, isolée et jolie comme tout.

sur le chemin de praia da forno

Sur le chemin de praia dal forno, une plage sympa.

la praia dal forno

La praia dal forno, pas foule.

En soirée, nous poussons une pointe jusqu’à BUZIOS à 45 kms, le Saint Tropez local. Nous croyons devenir fous: absence de fléchage, route en mauvais état, ralentisseurs tous les 2 kms à vous démonter les vertèbres , limitation de vitesse incompréhensible, non respect du code de la route… etc. Enfin, après moult difficultés et détours, nous arrivons à Buzios en bord de mer et là nous rencontrons Brigitte Bardot.

rencontre avec BB sur la promenade de Buzios

Rencontre avec BB sur la promenade maritime de Buzios.

Et oui, notre BB en 1964, qui fricotait alors avec un musicien brésilien, découvrit et mit au goût du jour ce coin perdu; devenu depuis très à la mode et cher, magnifiques propriétés, magnifiques bateaux etc. Pour nous, petite ballade sympa  le long de la côte et dîner sur place dans un restau au kilo. C’est simple : tu te sers au buffet, tu pèses ton assiette et tu payes au kilo: ici, 68 réals/kg  soit 28e/kg. Pratique courante au Brésil. C’était de bonne qualité et appétissant, ce qui n’est pas toujours le cas.

Carte de Cabo Frio

Carte de Cabo Frio.

Le 19 mars, le temps semble meilleur et nous allons tenté la sortie en mer; 2 d’entre nous ont attrapé la crève brésilienne (les 2 autres sont en sursis) la clim aidant…Donc on monte sur un bateau et on se promène pendant 4 heures entre les îles avec 2 arrêts de 20mn sur des plages pour se baigner. Bon, ça finit par tourner au tourisme de masse avec photographes qui te font prendre des pauses inoubliables mais absurdes: ce n’est pas trop notre truc. Le temps reste frais. Nous sommes au  Cap Froid.

sur le bateau

Sur le bateau en cie d’américains du sud: argentins  etc

retour de la plage

Retour de la plage.

jeunes brésiliens

Jeunes brésiliens.

Nous sommes tellement bien au Bicho do mar ( la bestiole de mer) avec nos hôtes et en compagnie des tortues que nous allons prolonger le séjour quelques jours. En fait, nous apprenons que la propriétaire des lieux est la mère d’Eric Rebiere, le surfeur de l’ extrème (voir son site). Superbe accueil, magnifiques petits déjeuners. Et nous sommes les seuls locataires, comme chez nous.

le doux moment du cafe da manha au bicho

Le doux moment du cafe da manha au bicho.

Une dernière promenade à pied sur les plages d’Arraial do Cabo.

l'ile de Cabo Frio

l’ile de Cabo Frio.

la prainha, la plage du sable qui chante

La prainha, la plage du sable qui chante; quand on marche, le sable chante sous les pieds.

 

Ce 21/03, nous reprenons la route en suivant la côte pour nous rapprocher de Rio; le vol de retour est pour demain ; et la circulation est désastreuse: nids de poule, ralentisseurs nommés ici cabalhos mortes ( chevaux morts soit dos d’âne ou gendarme couché chez nous) petite moyenne..

Une dernière nuit dans une pousada massive et sans charme vers Cabo Negra, à 80 kms de Rio. Demain, nous rendons la voiture vers 12h et notre avion décolle vers 23h.

Quelques photos du Bresil insolite.

fabricant et vendeur de pop corn

fabricant et vendeur de pop corn

la dernière mode à Rio: un collant tres coloré, des grosses chaussettes blanches montantes, des chaussures de sport fluo

la dernière mode à Rio: un collant tres coloré, des grosses chaussettes blanches montantes, des chaussures de sport fluo

boulangerie française

boulangerie française

un des nombreux points de vente d'Açai, spécialité locale

un des nombreux points de vente d’Açai, spécialité locale et plante miracle

Nous avons découvert l’Açai à Rio, vendu à presque tous les coins de rue. L’açai ou exactement les baies d’açai sont les fruits d’un palmier d’Amérique du sud, se plaisant dans les terrains marécageux, au tronc gracile. Ces fruits ont connu une drôle d’aventure. Ces baies faisaient partie de l’alimentation traditionnelle des peuples indigènes amazoniens depuis toujours : elles étaient utilisées en complément du manioc et autres racines pour leur effet énergisant. D’une couleur rouge pourpre soutenue, les fruits auraient un gout de chocolat.

Dans les années 1980, l’açai débarque sur les plages et les villes brésiliennes sous la forme de boisson énergisante, de sorbet, yogourt etc et connait un grand succès qui va croissant. Dans les années 1990, la demande croissante dans les pays développés fait flamber le prix de cet aliment qui connaîtra  500% d’augmentation sur 10 ans.

Dans les années 2000, la prise de conscience par l’occident du vieillissement cellulaire, la mode des alicaments et des antioxydants soutenues par les papes de l’hygiène et du mieux-vivre et  par la presse spécialisée entretient le processus.

Un parfum de scandale entoure le produit-miracle dans les années 2010: tripotage des qualités anti-oxydantes du produit ( les valeurs anti oxydantes de l’açaï semblent inférieures à celles du raisin) , puis invention de qualité amaigrissante et drainante inexistantes; enfin avec l’ apparition  de la vente de l’açaï sur le net ( comme auparavant le goji, le guarana, l’acérola etc ) accompagnée d’ arnaque à la carte bancaire.

Pendant ce temps, en Amazonie, l’ açaï devient un produit inabordable par la population locale, créant un trouble alimentaire.

Voila un effet pervers de la marchandisation et de la mondialisation.

pieds de garotta

pieds de garotta:  »je sais que je t’aimerais pour toute ma vie » Est-ce sur?

marchand de chapeaux à Arraial do Cabo

marchand de chapeaux à Arraial do Cabo

discussion entre colporteurs sur Leme

discussion entre colporteurs sur Leme

la sieste du maitre- nageur Sauveteur

la sieste du maitre- nageur Sauveteur

détritus laissés sur la plage, ce n'est pas un moontage

détritus laissés sur la plage, ce n’est pas un montage

''Si vous vous rendez sur les plages de Rio, vous constaterez que les brésiliennes ne répondent pas aux canons de la beauté'' sur france-inter

 »Si vous vous rendez sur les plages de Rio, vous constaterez que les brésiliennes ne répondent pas aux canons de la beauté »: entendu sur france-inter

allez, pour finir un joli proverbe localune traduction?

allez, pour finir un joli proverbe local
une traduction?

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

ANDALOUSIE en Hiver

Cette galerie contient 140 photos.

On se pose souvent la question: l’hiver est-il un bon moment pour séjourner en ANDALOUSIE ? En effet, la saison ne s’y prête pas vraiment, les journées sont courtes et les températures parfois fraîches. Vous pourrez vous en faire une … Lire la suite

Galerie | 6 commentaires